add image
category

CLÔTURE DE CONAKRY CAPITALE MONDIALE DU LIVRE : LE PRÉSIDENT ALPHA CONDÉ S’ENGAGE A FAIRE DE CONAKRY LA CAPITALE AFRICAINE DU LIVRE.


Ce rendez-vous mondial a permis au pays de Camara Laye, Thierno Monembo, William Sassine, Professeur Djibril Tamsir Niane, tous monuments de la culture africaine, de proposer un plan d’activités multiples et variées sous le prisme de l’innovation et de la créativité à travers la création des points de lecture et la distribution de millions de livres dans tout le pays.
 
En effet, pendant une année le Gouvernement guinéen à travers le Commissariat Général de l’évènement Conakry Capitale Mondiale du Livre a prouvé aux professionnels de par le monde que la belle capitale guinéenne au même titre que les villes précédentes ayant abriter cet évènement est aussi un temple du livre et de la culture.  Ce rendez-vous qui s’achève aura contribué à la finalisation et la validation de la politique culturelle de la Guinée en novembre 2017, dont la mise en œuvre permettra non seulement de faire la promotion des industries culturelles et créatives dont celle du livre, mais aussi de créer des milliers d’emplois sous-tendus par l’art et la culture pour la jeunesse guinéenne.
 
Pour le Commissaire Général de Conakry Capitale Mondiale du Livre, la proposition d’une loi sur le livre aux autorités guinéennes, suivi de la matérialisation de l’étude diagnostic du livre en guinée, avec l’élaboration pour la première fois dans l’histoire de notre pays d’une politique du livre a permis de bâtir les fondements du livre en République de Guinée. Avec tant d’aquis, Sansy Kaba Diakité reste convaincu que le pays de Camara Laye pourra s’inscrire dans les dix prochaines années comme Capitale Africaine de Livre.
 
Pour sa part le Représentant de Audrey Azoulay Directrice Générale de l’UNESCO à cette cérémonie de clôture, a tout d’abord félicité Conakry pour avoir honoré avec brio son titre de Capitale Mondiale du livre, tout en précisant que la Guinée peut être très fière des résultats obtenus. Pour Ydo Yao les acquis de CCML vont améliorer la qualité de l’éducation chez les élèves et étudiants, mais aussi réduire le taux d’analphabétisme assez élevé en Guinée.
 
De son côté le Ministre de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique dira clairement que la consolidation des acquis de Conakry Capitale Mondiale du livre, est le défi qui incombe désormais aux autorités du pays. « Pour relever ce défi majeur chaque guinéen devra s’inscrire à travers la vision du Président Alpha Condé pour que la Guinée devienne un pôle d’excellence et d’effervescence littéraires » explique Sanoussy Bantama Sow.
 
En présidant cette cérémonie de clôture, le Président de la République a clairement précisé que cette aventure qui commence va se poursuivre pour faire de Conakry la capitale tournante du livre. Pour réussir ce pari le Chef de l’Etat entend s’investir pleinement pour qu’à l’instar de Ouagadougou qui abrite le FESPACO ou encore Abidjan ou Brazzaville pour le Festival Panafricain de Musique, que Conakry devienne la capitale Africaine du Livre. « Pour faire de Conakry la capitale africaine du livre, il va falloir permettre à tous les guinéens d’avoir accès aux livres même dans les districts les plus reculés du pays précise le Président Alpha Condé. Poursuivant, le Chef de l’Etat a signifié au Commissariat Général de CCML que pour gagner ce pari il va falloir des livres en langues nationales pour faciliter la culture et la compréhension des ouvrages pour les guinéens qui n’ont pas eu la chance d’être scolarisé ».
 
 
 
La Cellule de Communication du Gouvernement

Suite...
category

Le Directeur Afrique du NDI (National Democratic Institute) Dr. Christopher Fomunyoh a effectué ce vendredi 13 avril une visite de courtoisie à l'ambassadeur de Guinée aux Etats-Unis, Son Excellence Kerfalla Yansané.
Il s'agissait de la premiere rencontre entre les deux personnalités depuis que M. Yansané assume ses fonctions à Washington. Dr. Fomunyoh, un connaisseur du terrain en Afrique, avait eu à travailler avec le diplomate guinéen dans le cadre du Nouveau Partenariat pour le développement en Afrique (NEPAD), adopté il ya plusieurs années.
Les entretiens ont porté essentiellement sur le renforcement des activités du NDI en Guinée au moment où le pays poursuit son petit bonhomme de chemin vers la démocratie.
Après l'audience, Dr. Fomunyoh a fait cette déclaration à la presse.
Lors de cette audience, Dr.Fomunyoh était accompagné de Mme Ulrike Rodgers, coordonatrice du programme en Afrique de l'Ouest.
Fondé en 1983, l’Institut National Démocratique pour les Affaires Internationales (NDI) est une organisation non gouvernementale américaine qui œuvre pour le renforcement et le développement de la démocratie à travers le monde. En cela, le NDI apporte un appui aux leaders politiques et dirigeants de la société civile qui travaillent à l’établissement des institutions démocratiques dans leurs pays.

Suite...
category
L’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) va «lancer très prochainement» les travaux de son barrage hydro-électrique de Koukoutamba, situé en République de Guinée, a annoncé le Haut-commissaire de l’organisation sous-régionale, précisant que la réalisation de cette infrastructure qu’il qualifie de «pharaonique» coûtera 650 milliards de FCFA.
Selon Hamed Diane Semega qui s’exprimait jeudi à Dakar, en marge de la signature d’un accord-cadre entre la Compagnie nationale du Rhône (CNR) et la Société d’exploitation des aménagements de Manantali et Félou (SEMAF SA), l’entreprise chargée de la construction du barrage de Koukoutamba a été sélectionnée «il y a juste une semaine».
Situé en territoire guinéen, à 150 km en amont de la frontière séparant la Guinée et le Mali, le barrage hydro-électrique de Koukoutamba avec sa puissance estimée à 280,9 mégawatts devrait produire annuellement un volume d’électricité de 858 watts/heure.
La construction de cet ouvrage, a indiqué le Haut-commissaire de l’OMVS, est le fruit d’un long processus dû notamment aux contraintes liées aux questions environnementales, mais aussi à l’utilité qu’il représente.
A travers le barrage de Koukoutamba, l’OMVS compte «valoriser l’ensemble de son potentiel hydro-électrique dans les 10 ans à venir parce que si nous ne le faisons pas le déficit énergétique qui est très fort dans nos pays va s’accroitre», a souligné M. Semega.
Ainsi, Koukoutamba va s’ajouter aux barrages de de Boureya et de Balassa érigés sur le fleuve Bafing en Guinée et à barrage de Wina qui, selon le Haut-commissaire, sera opérationnel avant 2021 avec une capacité de production énergétique de 140 MW.
Hamed Diane Semega a en outre rappelé que l’OMVS a lancé un appel à manifestation d’intérêts pour réaliser, dans les trois années à venir, le barrage de Gourbassi qui devrait permettre de rehausser le niveau de maîtrise de l’eau sur le fleuve Sénégal, un cours d’eau que se partagent les quatre pays membres de l’organisation (Guinée, Mali, Mauritanie et Sénégal). APA
Suite...
category
Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 12 avril 2018 de 10h30 à 12h, avec l'ordre du jour suivant :
 
1.     Message de son Excellence Monsieur le Président de la République ;
 
2.     Compte rendu de la session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 10 avril 2018 ;
 
3.     Décisions ;
 
4.     Divers.
 
Au titre du premier point de l’ordre du jour, Monsieur le Président de la République a convoqué une réunion relative à la finalisation des préparatifs du Hadj 2018.
 
Le Chef de l’Etat a demandé au Ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire de prendre les mesures nécessaires pour l’arrêt des constructions et des aménagements anarchiques sur les flancs des collines de Kaaka et dans les zones similaires.
 
Le Président de la République a invité le Ministre en charge des Affaires étrangères à préparer les accords de coopération en attente de ratification afin de les déposer lors de la présente session des lois à l’Assemblée Nationale. Il s’agit notamment des accords avec les Emirats Arabes Unis prévoyant des exemptions de visas pour les passeports diplomatiques et les passeports de service et une facilitation pour les passeports ordinaires.
 
Le Chef de l’Etat a instruit les Ministères en charge de l’Education, de la Fonction Publique, de l’Administration du Territoire et du Budget d’apporter leur pleine coopération à l’opération d’identification biométrique des fonctionnaires en cours d’exécution. Cette opération s’impose afin d’identifier les enseignants en situation de classe sur l’ensemble du territoire national.
 
Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a introduit le compte rendu de la session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 10 avril 2018.
 
Le Conseil a entendu successivement :
 
 
AU TITRE DU COMPTE RENDU
 
Le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger a fait le compte rendu de la première Session de la Commission Mixte de Coopération Guinée-Emirats Arabes Unis.
 
Il a informé que la 1ère  session de la Commission mixte de Coopération économique, Guinée-Emirats Arabes Unis s’est tenue à Abu Dhabi, du 14 au 15 mars  2018. La délégation guinéenne était conduite par le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger, accompagné par un groupe d’hommes d’Affaires guinéens.
 
La partie Emiratie était présidée par la Ministre de la Coopération Internationale.
 
Le Ministre a indiqué que les travaux de la Commission Mixte se sont déroulés en deux étapes : la réunion des experts et la réunion ministérielle.
 
Pour ce qui est de la réunion des Experts, elle a permis de faire un bref rappel de l’état des actions engagées depuis la signature de l’Accord Cadre général et de constituer quatre sous-groupes d’échanges entre Experts, chargés respectivement de :
-         La coopération, des affaires politiques et consulaires et de la sécurité ;
-         Des questions économiques, des investissements de l’industrie, de la culture et du développement ;
-         L’agriculture et aspects connexes ;
-         L’énergie et du transport.
 
Il a informé que des rencontres Business to Business furent organisées durant la mission par l’entremise de l’Ambassadeur de Guinée dont le dévouement et la disponibilité sont à saluer.
 
Quant à la réunion Ministérielle, elle a enregistré l’entretien bilatéral avec la Ministre de la Coopération Internationale portant sur les questions nationales et internationales. Les projets d’accords de coopération examinés par les experts ont révélé une convergence de vue sur les questions soulevées et la volonté commune de maintenir un mécanisme de consultations périodiques et la nécessité de mettre en œuvre les accords signés.
 
Le Ministre a affirmé que la 1ère session de la Commission mixte s’est achevée par la signature de cinq (5) accords importants sur :
 
-         La création de la Commission mixte de coopération ;
-     L’exemption de visas pour les détenteurs de passeports diplomatiques et de services ; et les facilités d’obtention de visas pour les détenteurs de passeports ordinaires ;
-         Les consultations politiques entre les deux Ministères des Affaires Etrangères ;
-         La coopération technique entre les deux Ministères des Affaires Etrangères ;
-         Les services aériens entre et au-delà des territoires guinéens et des émirats.
 
Il est à signaler qu’aucun accord sur l’agriculture n’a été signé, compte tenu de l’absence d’expert de ce secteur. 
 
Le Ministre a soutenu que la signature des accords contribue à l’élargissement du cadre juridique de notre partenariat stratégique et facilitera le mouvement des investisseurs dans les deux pays.
 
Pour ce faire, la Guinée doit immédiatement sensibiliser les acteurs et services concernés pour permettre l’application correcte et responsable des engagements, notamment une attention particulière doit être accordée aux structures de l’aéroport Gbessia, afin de réserver aux investisseurs étrangers en général et Emiratis en particulier un traitement à la hauteur de la volonté politique exprimée.
 
Au cours des débats, les observations essentielles ont porté sur la nécessité de :
 
-         Accorder une diligence aux procédures de saisine pour la ratification des accords et conventions ;
-      Veillez à l’avenir de transmettre les projets d’accords et conventions de coopération aux départements sectoriels avant les rencontres.
 
Au terme de l’exposé, le Ministre, compte tenu de la mission dévolue à une commission mixte de coopération, a sollicité que son Secrétariat technique comprenant le coordinateur des experts, le rapporteur et le représentant de la direction des affaires juridiques soit reconduits automatiquement pour mieux couvrir toutes les sessions. Le Conseil a approuvé cette recommandation.
 
AU TITRE DE LA COMMUNICATION
 
Le Secrétaire Général des Affaires Religieuses a fait une communication relative aux préparatifs du HADJ 2018.
 
Il a expliqué que le transporteur aérien des pèlerins guinéens, est retenu sur la base d’un appel d’offre, dépouillé par une commission interministérielle souveraine. Ainsi, à l’issue du dépouillement et de l’analyse objective des offres, le marché est attribué à Ethiopian Airlines pour le Hadj 2018 ; au tarif unitaire ferme non révisable de 1.384 USD hors taxes.
 
Le Secrétaire Général a soutenu qu’en plus d’un prix meilleur, les avantages liés à cette attribution sont entre autres :
 
-         La date de retour du premier convoi prévue 48H seulement après Mina contre deux semaines en 2017 ;
 
-         La franchise de 64 kg pour deux pièces contre 46 kg en 2017.
 
Il a informé que la commission interministérielle, les agences privées et les services techniques du SGAR ont fixé le tarif individuel du pèlerinage 2018 à 40 942 200 GNF soit 4 524 USD, au taux de 1 USD = 9 050 GNF. Ce coût prend en compte les 5% de la TVA (nouvelle mesure prise en Arabie Saoudite) et les nouvelles mesures guinéennes concernant l’incorporation des prix du mouton, de l’uniforme et du matelas.
 
Le Secrétaire Général a également informé des dates importantes pour l’organisation du Hadj 2018 :
 
-         13 juillet 2018 : date butoir de la confirmation du quota de 9000 pèlerins guinéens par l’Arabie Saoudite ;
 
-         24 juillet 2018 : départ du premier convoi de Conakry pour Médine ;
 
-         16 août 2018 : fermeture de l’Aéroport de Médine ;
 
-         20 août 2018 : montée d’Arafat ;
 
-         28 août 2018 : retour du premier convoi de Djeddah pour Conakry.
 
Il a formulé les recommandations suivantes :
 
-         La validation du tarif individuel du Hadj 2018 au plus tard le 13 avril 2018 ;
 
-         La mise à disposition des fonds alloués au Pèlerinage ;
 
-       L’envoi de la deuxième mission en Arabie Saoudite pour la signature des différents contrats et l’activation des comptes bancaires ;
 
-        Le lancement officiel des inscriptions à partir du 16 avril 2018 ;
 
-        L’opérationnalisation du centre informatique d’enrôlement des pèlerins.
 
Au cours des débats, l’observation essentielle a porté sur la prise des dispositions nécessaires pour effectuer la commande des vaccins étant donné que le délai de livraison est de 3 mois.
 
Au terme de l’exposé, le SG a sollicité la validation du tarif individuel du Hadj 2018, au plus tard le 13 avril 2018 et la mise à disposition des fonds alloués au pèlerinage afin de lancer les inscriptions à partir du 16 avril 2018.

AU TITRE DES DECISIONS
 
A l’issue des débats sur les différentes questions suscitées, le Conseil a décidé ce qui suit :
 
1.    Le Conseil approuve la date du 16 avril 2018 comme date de lancement des inscriptions au Hadj 2018.
 
2. Le Conseil demande au Ministre en charge de l’Administration du Territoire d’instruire les autorités décentralisées et déconcentrées de prendre toutes les dispositions pour l’identification des enseignants en situation de classe par niveau, par école et par collectivité.
 
 
 
AU TITRE DES DIVERS     
 
Le Ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique a informé de la clôture de « Conakry Capitale mondiale du Livre », le 22 avril 2018.
 
 
 
Le Conseil des Ministres
 
Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement
Suite...
category

Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, le Professeur Alpha Condé, poursuivant ses consultations avec les forces vives du pays, notamment les partis politiques et regroupements de partis politiques, a reçu ce mercredi 4 avril 2018, Monsieur Sidya Touré, Président de l’UFR accompagné de ses alliés (UPG, GDE et PRPG).
 
Après des échanges francs et fructueux relatifs à la situation intérieure en général et à la crise post-électorale en particulier, il a été retenu ce qui suit :
 
-          De privilégier le dialogue et la concertation pour régler toutes les divergences dans la vie politique nationale. Dans cet esprit, l’Union des Forces Républicaines, troisième Groupe parlementaire de l’Assemblée Nationale, a décidé de rejoindre le Comité de suivi de l’Accord politique.
 
-          De demander au Comité de suivi de l’Accord politique d’octobre 2016 de trouver une solution au différend électoral. L’Union des Forces Républicaines a des revendications qui concernent quatre communes urbaines et sept communes rurales.
 
Monsieur le Président de la République demande au comité de suivi de mettre en œuvre avec diligence l’Accord politique d’octobre 2016, notamment :
 
-          l’adoption de la nouvelle loi sur la CENI à la prochaine session des lois de l’Assemblée nationale
 
-          l’audit et l’assainissement du fichier électoral avant les prochaines élections législatives
 
-          de tout mettre en œuvre pour identifier les différents responsables de toutes les violences qui ont entrainé mort d’hommes et causé d’importants dégâts matériels, qui qu’ils soient, afin de les traduire devant les cours et tribunaux du pays
 
-          d’apporter une assistance aux victimes et à leurs familles, nonobstant les indemnisations légales.
 
Egalement, le Président de la République a pris note de la nécessité d’améliorer le code électoral à l’aune des leçons tirées des trois derniers scrutins. Et réévaluer la charte des partis politiques.
 
Le Président de l’UFR se joint au Président de la République pour condamner les propos et comportements inconséquents de personnalités publiques et de citoyens poussant à la haine et à la division entre les différentes communautés du pays. Ils en appellent à la justice pour l’application de la loi dans toute sa rigueur en la matière.
 
Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, le Professeur Alpha Condé et Monsieur Sidya Touré, Président de l’Union des Forces Républicaines, déplorent toutes les victimes civiles et militaires des violences de toutes natures et expriment leur compassion et leur solidarité à toutes les familles ayant perdu des proches, des êtres chers.
 
Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

Suite...
category
Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, le Professeur Alpha Condé, a reçu ce lundi 2 Avril 2018, El hadj Cellou Dalein Diallo, Chef de file de l’opposition. Après un entretien franc et fructueux relatif à la situation intérieure, en général, aux revendications de l’opposition, en particulier, il a été convenu ce qui suit :
 
-      De privilégier le dialogue et la concertation pour régler toutes les divergences dans la vie politique, en général, dans le processus électoral, en particulier.
 
-      De demander au comité de suivi de l’accord politique de trouver une solution au différend électoral qui porte sur 6 communes urbaines et 6 communes rurales sur les 342.
 
-      Monsieur le Président de la République demande au comité de suivi de mettre en œuvre, avec diligence, l’accord politique d’octobre 2016 notamment :
 
-      L’adoption de la nouvelle loi sur la CENI à la prochaine session des lois de l’Assemblée Nationale.
 
-      L’audit et l’assainissement du fichier électoral avant les prochaines élections législatives
 
-      De tout mettre en œuvre pour identifier les différents responsables de toutes les violences qui ont entraîné mort d’hommes et causé d’importants dégâts matériels, qui qu’ils soient , afin de les traduire devant les cours et tribunaux du pays.
 
-      D’apporter une assistance aux victimes et à leurs familles, nonobstant les indemnisations légales.
 
-      De promouvoir le dialogue et la paix sociale, l’unité nationale, les valeurs et principes démocratiques et républicains en lançant des appels au calme et à la retenue.
 
Ils déplorent l’escalade dans les propos et les comportements inconséquents de personnalités publiques et de citoyens appelant à la haine et à la division des différentes communautés du pays. Ils appellent la justice à appliquer la loi dans toute sa rigueur en la matière.
 
Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, le Professeur Alpha Condé et El hadj Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition, déplorent toutes les victimes civiles et militaires des violences politiques et les nombreux et importants dégâts matériels et expriment leur compassion et leur solidarité à toutes les familles ayant perdu des proches, des êtres chers.
 
Conakry le 2 Avril 2018
 
Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence
 
Suite...
category
Dans le cadre des consultations en cours avec les Forces Vives de la Nation, le Président de la République, Chef de l’Etat, le Professeur Alpha Condé, entame une série de rencontre avec la classe politique nationale. 
 
A cet effet, Monsieur le Président de la République invite le Chef de File de l’Opposition, l’Honorable Cellou Dalein Diallo, Président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) à une rencontre ce lundi 2 avril 2018 à partir de 15 heures 30 minutes au Palais Sékhoutouréya afin d’évoquer les questions sur la situation nationale.
 
Monsieur le Président de la République reste convaincu que seuls le dialogue et la concertation permettront de trouver des solutions aux problèmes de l'heure et pérenniser la paix si chère aux Guinéens.
 
 
Moussa Cissé 
Directeur du Bureau de Presse de la Présidence
 
 
Suite...
category
En ce lundi de Pâques, qui marque la fin du carême chez nos frères et soeurs chrétiens, l'ambassadeur de la République de Guinée aux Etats-Unis, Son Excellence Kerfalla Yansané, a adressé ses voeux à la Communauté guinéenne des Etats-Unis dans un message ainsi libellé:

"A mes chers compatriotes chrétiens de la communauté guinéenne des Etats-Unis,

A l’occasion de la fête de Pâques, j'adresse tous mes vœux de bonheur, de santé et de réussite à l'ensemble des citoyens de la Communauté guinéenne des Etats-Unis, particulièrement à nos frères et soeurs chrétiens lesquels j'exhorte à prier pour la paix dans le monde, en Afrique, en Guinée et dans notre communauté.

Je souhaite que ce lundi de Pâques, symbole de la lumière et le jour le plus saint du calendrier chrétien, contribue à la concorde dans notre cher pays en général et dans notre communauté en particulier."
 
Très sincèremenent,
M. Kerfalla Yansané
Ambassadeur de Guinée
Etats-Unis, Washington
 
 
 
Service de Communication
Suite...
category
Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement a reçu officiellement ce jour des mains du Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, la Stratégie Nationale de Réforme et de Modernisation de l’Etat civil en Guinée. La remise de cette stratégie au Chef du Gouvernement a connu la présence de certains membres du Gouvernement, de Marc Rubin Représentant de l’UNICEF en Guinée et de Gerald Hatler Chef de Coopération de la délégation de l’Union Européenne en Guinée.
 
En effet, le Gouvernement Guinéen entend faire du système d’état civil une institution moderne, intégrée et performante pour l’enregistrement effectif des faits d’état civil et d’établissement des statistiques vitales conformément aux normes et standards internationaux et au service du développement national. Avec l’officialisation de cette stratégie nationale il est question pour l’équipe gouvernementale de promouvoir et garantir un système efficace et accessible d’enregistrement des faits d’état civil fondé sur les principes directeurs des systèmes d’enregistrement des actes d’état civil énoncés par les Nations-Unies. Cette démarche devrait permettre de faciliter l’enregistrement systématique de tous les événements, notamment les naissances, les mariages et décès.
 
Au niveau national la stratégie s’appuie sur la constitution, les textes nationaux sur l’état civil, la lettre d’orientation et les objectifs prioritaires assignés par le Premier ministre au ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.
 
Au nom du Représentant de la délégation de l’Union Européenne en Guinée, le Chef de la Coopération de l’UE en Guinée a clairement précisé que son institution fait de la consolidation de l’état civil une des conditionnalités de son deuxième programme d’appui budgétaire à la consolidation de l’Etat.
 
Pour Gerald Hatler l’efficacité du nouveau système d’état civil dépendra fortement de la coordination entre les différents intervenants. C’est pourquoi la représentation de l’Union Européenne entend mettre à disposition les ressources nécessaires pour conduire ces réformes, tout en précisant que les partenaires techniques et financiers ne pourront pas mener la réforme à la place de l’administration guinéenne.
 
Pour sa part, le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation dira que la stratégie nationale de réforme et de modernisation de l’Etat-civil en Guinée va améliorer l’enregistrement des faits d’état civil, le quel se définit comme étant une inscription continue, permanente, obligatoire et universelle de l’existence et des caractéristiques des faits d’état civil relatifs à la population. Et ce, conformément aux dispositions législatives et réglementaires de chaque pays.
 
Selon le Ministre Bouréma Condé l’état civil assure au moins deux fonctions essentielles à savoir, une fonction primaire qui permet d’établir les documents requis par la loi et qui aident à prouver l’identité des personnes mais aussi la fonction secondaire qui est une source des statistiques vitales et qui aide à produire des indicateurs sociodémographiques.
 
En recevant officiellement la Stratégie Nationale de Réforme et de Modernisation de l’Etat-civil en Guinée le Premier ministre, Chef du Gouvernement a précisé pour sa part que l’état-civil fondant l’existence juridique des personnes, constitue la base de toute politique favorisant le respect des droits de l’homme. Il est par conséquent selon Mamady Youla, un outil précieux pour garantir les droits des personnes afin de donner corps à la démocratie et contribuer à produire des indicateurs sociodémographiques importants pour la planification du développement.
 
Poursuivant, le Premier Ministre a souhaité dans le cadre de la modernisation de l’état-civil en Guinée, une mobilisation effective de toutes les parties prenantes au processus. Mamady Youla a déclaré pour finir que les efforts déployés par le Gouvernement pour la réalisation de ses priorités dans le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) à l’horizon 2020 sont appréciés, car ils contribueront sans nul doute, à l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD) de l’agenda 2030.
 
 
La Cellule de Communication du Gouvernement
Suite...
category
L'ambassadeur de Guinée aux Etats-Unis, S.E Kerfalla Yansané, a reçu ce mardi 27 mars, 2018, Madame Georgia Albertin, Chef de mission pour la Guinée auprès du FMI à Washington.
.
A cette occasion, Monsieur Yansané et Madame Albertin ont longuement échangé sur la situation économique actuelle de la République de Guinée. Ils ont, entre autres, parlé de stratégies d’augmentation des recettes de l’Etat, le décaissement par la Banque Mondiale des fonds qui seront destinés à financer des projets de développement ainsi que des mesures à adopter pour permettre à la Guinée d’accroître sa capacité de soutenabilité de ses dettes extérieures.

L'entretien s'est déroulé en présence de Mme Oumou Hann Thiam, conseillère chargée des affaires économiques et commerciales à l'ambassade de Guinée aux Etats-Unis.
 
Cellule de Communication.
Suite...
category

Organisée par Smithsonian Associates en collaboration avec la Francophonie DC et la Maison Française à l'ambassade de France, la Fête annuelle de la Francophonie a eu lieu vendredi 23 mars 2018 à Washington. Une trantaine de pays dont la Guinée ont participé à l'événement haut en couleur. C'était l'occasasion pour les quelques 2000 convives de vivre au rythme de la diversité musicale et de danses des pays francophones. Ils ont aussi eu à déguster et apprécier des pâtisseries,  boissons, plats et mets des peuples issus des pays participants. Festin de destin proposé pour la circonstance par les personnels de leurs ambassades respectives acréditées dans la capitale fédérale.

Comme les années précédentes, le stand alloué à la Guinée décoré pour la circonstance de drapeau national et du portrait du président de la République Pr. Alpha Condé, a encore connu la grande affluence des convives qui ont admiré les quelques objets d'arts du pays et dégusté les mets populaires de la Guinée tels que le Burèkhè ou (feuille de manioc), le Kansiyé (sauce d'arrachide), des plats prisés vide consommés.

L'ambassadeur de Guinée aux Etats-Unis, Son Excellence Kerfalla Yansané, s’est réjoui du succès de cet événement auquel il participait pour la première fois en compagnie de son épouse Artela.

S'exprimant sur la participation guinéenne, l'ambassadeur a trouvé que la Fête de la Francophonie est une excellente occasion pour faire la promotion de la Guinée. En cela, il estime qu'il est temps d'améliorer "notre participation", en apportant beaucoup d'objets d'arts représentant la diversité culturelle du pays. On l'écoute. Vidéo

La Fête annuelle de la Francophonie met en lumière la musique, l'art, la littérature, le cinéma, la cuisine et les coutumes des pays et régions francophones du monde entier. 

Sa célébration revêt toujours un caractère magnifique. Le bash de cette année ne s'est pas dérobé de cette tradition vieille de plusieurs décénnies. Les ambassades du Sénégal, de RDCongo, de Tunisie et du Togo étaient parmi celles qui ont été représentées.

Ben Bangoura

Cellule de Communication

Suite...
category
Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 22 Mars 2018 de 10h à 12h, avec l'ordre du jour suivant :
 
1.     Message de son Excellence Monsieur le Président de la République ;
 
2.     Compte rendu de la session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 20 mars 2018 ;
 
3.     Décisions ;
 
4.     Divers.
 
Au titre du premier point de l’ordre du jour, Monsieur le Président de la République a demandé au Gouvernement de prendre en compte les questions liées à la qualité des ressources humaines lorsqu’il est envisagé de transposer au niveau national les expériences réussies dans d’autres pays.
 
Le Chef de l’Etat a invité le Gouvernement à finaliser le processus de recrutement de l’Opérateur du Guichet Unique du Commerce extérieur.
 
Le Président de la République a demandé à la Ministre du Plan et de la Coopération Internationale d’organiser une réunion de suivi des engagements des bailleurs dans le cadre du groupe consultatif.
 
Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a introduit le compte rendu de la session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 20 mars 2018.
 
Le Conseil a entendu successivement :
 
AU TITRE DE L’EXAMEN DE TEXTE
 
Le Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique a soumis pour examen en deuxième lecture le projet de Décret fixant les statuts de la Société des Eaux de Guinée « SEG SA ».
 
Il a indiqué que l’objet de son exposé est de démontrer la nécessité d’adopter le projet de statuts modifiés de la société des Eaux de Guinée (SEG) d’une part et de mettre en place son Conseil d’Administration, d’autre part.
 
Il a rappelé que le Gouvernement dans le souci d’assurer la continuité du service public de distribution de l’eau potable a fusionné la SONEG et la SEEG, par Décret D/2001/006/PRG/SGG du 18 décembre 2001 pour créer la société anonyme à participation publique dénommée la Société des Eaux de Guinée (SEG).
 
Elle est chargée de la gestion du patrimoine, de l’exploitation, de l’entretien et le développement des installations de l’Hydraulique urbaine en vue d’assurer la fourniture d’eau potable en république de Guinée.
 
Le Ministre a rappelé que depuis 2003, la SEG est régie par les statuts approuvés  en vertu de l’arrêté conjoint A/03/4637/MHE/MEF/SGG, du 16 juin 2003 ; dont certaines dispositions se trouvent dépassées.
 
Il a soutenu que cette démarche vise à être conforme aux dispositions du traité de l’OHADA du 17 octobre 1993, ratifié par la Guinée le 05 mai 2000 et celles de la loi L/2016/075/AN du 30 décembre 2016 portant Gouvernance financière des sociétés et établissements publics en république de Guinée. C’est en cela, que le département en collaboration avec celui de l’économie et des finances a travaillé sur ce projet de statuts modifiants les statuts actuels de la SEG.
 
Aux termes de l’exposé, le Conseil a apporté son soutien au Ministre et recommandé sous réserve de la réduction des membres du Conseil d’Administration conformément à la Loi, l’approbation du projet de Décret fixant les statuts de la Société des Eaux de Guinée « SEG SA ».
 
 
AU TITRE DES COMMUNICATIONS
 
Le Ministre du Budget a fait une communication relative à la rationalisation des Exonération Fiscales et Douanières.
 
Il a indiqué que la communication a pour objet de rappeler le cadre légal et réglementaire en matière d’octroi des exonérations en République de Guinée, présenter des implications des exonérations fiscales et douanières sur les finances publiques et partager des mesures de rationalisation de ces exonérations. 
 
Le Ministre a précisé que le régime des exonérations fiscales est régi par les codes, les conventions et les lois notamment les lois de finances, qui en constituent le cadre juridique. Il en résulte qu’il ne peut être établi d’impôt que par la loi et par conséquent, les exonérations ne peuvent être établies que par la loi ou en vertu d’une disposition légale.
 
Il a expliqué que sur le plan budgétaire, l’État consent des exonérations en se privant d’importantes recettes fiscales et douanières qui ne sont malheureusement pas évaluées afin de pouvoir les comparer au gain économique et social que peut tirer la communauté des investissements réalisés. 
 
Le Ministre a déclaré que pour les deux régies de recettes (Direction Nationale des Impôts et Direction Générale des Douanes), le total des manques à gagner a atteint 2.657 Mds GNF en 2015, soit 29,4% des recettes globales ou encore 5,3% du PIB du pays.
 
Il a justifié que le manque d’évaluation sérieuse et crédible des incitations fiscales accordées aux acteurs privés, a conduit le Ministère du Budget à commander, avec l’appui de l’Union européenne et du cabinet FERDI, une étude sur les dépenses fiscales pour faire l’évaluation du coût budgétaire, montrer l’impact socio-économique et proposer des arbitrages à opérer pour les rationaliser.
 
Le Ministre a demandé qu’en attendant les conclusions et les recommandations de cette étude, le Ministère du Budget souhaite l’adhésion et l’implication de tout le Gouvernement afin de mettre en œuvre certaines mesures urgentes. Il s’agit notamment de :
 
- l'application stricte et exclusive des exonérations conventionnelles expressément accordées dans les codes, les conventions et dans tous textes légaux et réglementaires en vigueur en République de Guinée ;
 
- la surséance de toutes les exonérations accordées en violation des dispositions légales et conventionnelles ;
 
- l'arrêt Systématique et à effet immédiat de l'octroi d'exonérations par les départements autres que le Ministère en Charge du Budget en ce qui concerne les exonérations fiscales et douanières
 
- l'implication du Ministère du Budget à travers la Direction Générale des Douanes et la Direction Nationale des Impôts dans l'élaboration de tout document à incidence fiscale et douanière ;
 
- la limitation voire l’interdiction de l’établissement des conventions particulières qui intègrent les décisions discrétionnaires dont les modalités fiscales et douanières restent inconnues des autorités compétentes ;
 
Au cours des débats, les observations ont porté sur la nécessité de :
 
- Engager des réflexions de rationalisation de la politique d’exonération en terme de fiscalisation ;
 
- Mettre en place la Commission nationale des Investissements ;
 
- Trouver des mécanismes pour mieux encadrer la fiscalité afin de faire participer au mieux les entreprises locales ;
 
- Rationaliser la méthode de délivrance des exonérations en précisant les administrations à même de les octroyer ainsi que les textes y afférents ;
 
- Mettre fin aux exonérations ad hoc ;
 
- Faire soutenir les exonérations par des cahiers de charges ;
 
- Réfléchir sur la pertinence et la rationalisation des exonérations et notamment en ce qui concerne les Dons et les logiciels ;
 
- Faire appliquer de façon systématique la méthode des réserves de retour dans les régimes temporaires;
 
- Déterminer la responsabilité des services des Douanes et Impôts dans le contrôle des exonérations afin d’améliorer leur efficacité ;
 
- Renforcer les capacités des services des Douanes et Impôts en TIC.
 
Au terme des débats, le Conseil a apporté son soutien au Ministre pour l’arrêt systématique de l’octroi des exonérations non conventionnelles. Il l’a ensuite invité à poursuivre les réflexions afin d’optimiser et rationaliser la politique d’exonération pour prendre en compte les aspects d’incitation économique.
 
Le Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail a fait une communication relative à la Phase Pilote (PARSS-RSE) du programme National de Réintégration Socioéconomique (PNRSE).
 
Il a indiqué que le Programme National de Réintégration Socio-économique (PNRSE) est une réponse du Gouvernement, à travers l’Agence Guinéenne pour la Promotion de l’Emploi (AGUIPE), à la dimension socio-économique de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS).
 
Le Ministre a informé que pour une durée de quatre ans dont la clôture est prévue pour octobre 2018, et une couverture sur Conakry et Kissidougou, le Programme d’Appui à la Réforme du Secteur de la Sécurité qui est la phase pilote du projet a atteint plusieurs résultats, notamment :
 
- Une Unité de Gestion du Projet opérationnelle, à travers ses équipes à Conakry et Kissidougou ;
- 20 projets pour 2.000 emplois temporaires ;
- Des séances de sensibilisation sur l’épargne réalisées ;
- 91 groupements créés ;
- 81% des participants de la phase1 poursuivent leur lien de partenariat avec le programme ; etc.
 
Il a noté que malgré ces résultats probants atteints, des défis restent à relever pour répliquer les bonnes pratiques au niveau national et tenir compte des leçons apprises de la phase pilote, notamment :
 
-  L’imminence de la clôture.
 
-  La mise en place d’un comité de pilotage pour la coordination et les orientations ;
 
-  La mise en place d’un comité technique sectoriel pour l’analyse et les propositions d’orientation ;
 
-  Le renforcement de l’unité de gestion du programme proportionnellement aux nouveaux objectifs ;
 
-  L’élaboration d’une approche sectorielle qui implique tous les départements clés de la RSE ;
 
- La création des conditions de conception du nouveau programme PNRSE pour consolider les acquis et la couverture nationale.

Le Ministre a sollicité l’accord pour la validation du cadre de concertation du Programme National de Réintégration Socio-Economique des jeunes et des femmes, ainsi que la participation et l’implication effective des Départements concernés des instances de pilotage du programme.
 
Au terme de l’exposé, le Conseil a soutenu le programme et approuvé la validation du cadre de coordination à vocation stratégique. Il a invité les départements concernés à  une participation et implication effective au niveau des instances de pilotage du programme.
 
 AU TITRE DES DECISIONS
 
A l’issue des débats sur les différentes questions suscitées, le Conseil a décidé ce qui suit :
 
1. Le Conseil approuve le projet de Décret fixant les statuts de la Société des Eaux de Guinée « SEG SA », sous réserve de la prise en compte des observations formulées et de la mise en forme du document au niveau du Secrétariat Général du Gouvernement.
 
2. Le Conseil approuve la mise en place du cadre de coordination stratégique du Programme National de Réinsertion Socio Economique. Ledit cadre comprendra notamment un Comité Technique des Experts,  une Unité d’Exécution du Programme (UEP) et un Comité de suivi. Le Conseil invite le Ministre en charge de l’Emploi et de la Formation Professionnelle à impliquer effectivement les autres ministères concernés par le programme.
 
AU TITRE DES DIVERS
 
La Ministre de l’Economie et des Finances a informé de l’arrivée de la prochaine mission de revue du Programme de Facilité Elargie de Crédit du FMI, du 03 au 15 avril 2018, à Conakry.
 
Le Ministre en charge des Sports a informé de l’organisation du Championnat de boxe d’Afrique (Zone 2) à Conakry, du 25 au 31 mars 2018.
 
 
 Le Conseil des Ministres
 
Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement
Suite...
category

Quarante-quatre pays africains ont signé mercredi à Kigali l'accord créant une zone de libre-échange continentale (Zlec), perçue comme essentielle au développement économique de l'Afrique, a annoncé l'Union africaine (UA).

"L'accord établissant la Zlec a été signé par 44 pays", a déclaré le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki, en conclusion d'un sommet de l'organisation dans la capitale rwandaise.

Le Nigeria, l'une des premières économies du continent, est le principal pays à s'être abstenu. Le président nigérian Muhammadu Buhari avait décidé de ne pas faire le déplacement à Kigali, après avoir accepté de "donner plus de temps aux consultations" dans son pays, où l'accord suscite une certaine opposition.

Parmi les autres non-signataires, dont la liste exacte n'a pas été communiquée, on trouve notamment l'Érythrée, le Burundi, la Namibie et la Sierra Leone. Certains pays très protectionnistes, comme l'Algérie, ont en revanche apposé leur signature.

"Certains pays ont des réserves et n'ont pas encore finalisé leurs consultations à l'échelle nationale. Mais nous aurons un autre sommet en Mauritanie en juillet et nous espérons que les pays ayant des réserves signeront alors", a déclaré le commissaire de l'UA chargé du Commerce et de l'Industrie, Albert Muchanga.

L'UA estime que l'élimination progressive des droits de douane entre membres de la Zlec permettra d'augmenter de 60% d'ici à 2022 le niveau de commerce intra-africain.

Actuellement, seulement 16% du commerce des pays africains s'effectue avec d'autres pays du continent.

Pour entrer en vigueur - pas avant un délai de 180 jours -, l'accord doit encore être ratifié à l'échelle nationale par les pays signataires. AFP

 

Cellule de Communication

Suite...
category

AVENANT AU POINT I DU PROTOCOLE D’ACCORD DU 09 OCTOBRE 2017 PORTANT MAINTIEN DE L’ANCIENNE VALEUR MONETAIRE DU POINT D’INDICE A 1030 ET 977 AU LIEU DE 751 ET 698

Les ministres de la Fonction Publique, de Réforme et de la Modernisation de l’Administration, celui du Budget et de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail, ont signé ce jour avec l’intersyndicale  CNTG-USTG et  les organisations patronales l’avenant du protocole d’accord du 09 octobre portant maintien de l’ancienne valeur monétaire du point d’indice à 1030 et 977 au lieu de 751 et 698. La signature de ce protocole qui s’inscrit dans le cadre d’une dynamique d’amélioration des conditions de vie des travailleurs du secteur public amorcé depuis 2011. C’est pourquoi soucieux de la préservation de la quiétude sociale et de l’équité de l’action syndicale dans notre pays, que les parties signataires du protocole du 09 octobre 2017 s’engagent en ce 19 mars 2018, à modifier le point I dudit protocole.

Le point I de ce protocole modifié prend en compte plusieurs aspects à savoir pour le personnel de la santé, le Gouvernement s’engage à payer 30% de la valeur monétaire du point d’indice (1030) à compter de la fin du mois de mars 2018. C’est-à-dire les 115 médecins décédés dans le cadre de la riposte contre l’épidémie Ebola bénéficieront d’une pension de réversion dès le 1er janvier 2018 et les 26 agents paramédicaux seront recrutés dans les effectifs de la fonction publique suivant leur profil à compter du 30 Avril 2018.

Par ailleurs, en plus des 10% déjà payés en fin février 2018, destiné aux personnels hors de l’éducation les parties maintiennent le payement des 30 % restants. Ce payement des 10% de la valeur monétaire du point d’indice se fera à la fin des mois d’avril, juillet et septembre 2018.  S’agissant des autres personnels de la fonction publique hors éducation ayant fait valoir leurs droits à la retraite en 2017 et qui ont perçu leur indemnités de départ bénéficierons d’une augmentation de 40 % de la valeur monétaire du point d’indice payable à compter en Avril 2018.

Cet accord capital prend également en compte certains points soulevés relatifs aux transporteurs, à la biométrie et au secteur privé. Au regard de cette demande, le  Gouvernement s’engage à mettre fin aux tracasseries routières et à lever les barrages non conventionnels dès la signature du présent avenant. En plus, les parties signataires invitent le Gouvernement à accélérer la finalisation de la biométrie des retraités d’ici le 31 mai 2018 en vue de la revalorisation de leurs pensions. Ils demandent également aux employeurs de procéder à l’ouverture de négociation collective selon la capacité financière de chaque entreprise.

Il faut précise que les échanges autour des termes de cet avenant du protocole d’accord du 09 octobre portant maintien de l’ancienne valeur monétaire du point d’indice à 1030 et 977 au lieu de 751 et 698, se sont déroulés dans une atmosphère de convivialité et va permettre de restauré la confiance mutuelle entre les parties concernés pour le bien des travailleurs. 
 
 
La Cellule de Communication du Gouvernement

Suite...
category

Le projet phare du Président de la République, le barrage de Souapiti, a été approuvé. Il permettra non seulement d'accroître la desserte en énergie sur le plan interne, mais également de faire de la Guinée un pays exportateur d'électricité de premier plan au niveau sous régional.

Grève des enseignements et chercheur de Guinée, Gouvernement et Syndicats paraphent un protocole d'accord et ont annoncé sa suspension.
Après un mois de grève, Gouvernement et Syndicats paraphent un protocole d'accord et ont annoncé la suspension de la grève déclenchée le 12 février par le syndicat libre des enseignements et chercheur de Guinée. Cet accord qui intervient après deux semaines de négociations, a été signé par le médiateur de la république, le syndicaliste Aboubacar Soumah et certain membre du gouvernement. 

Gouvernement - Apres près de deux ans de négociations intenses, le projet phare du Président de la République, le barrage de Souapiti, a été approuvé par la banque Eximbank of China. Ce projet de construction d'un barrage hydroélectrique d'environ 450 MW et de près de 1,3 milliards USD permettra non seulement d'accroître la desserte en énergie sur le plan interne, mais également de faire de la Guinée un pays exportateur d'électricité de premier plan au niveau sous régional. La signature de l'accord de prêt interviendra très prochainement ce qui permettra d’accélérer des travaux déjà bien avancés. 

MEF - La ministre de l’économie et des finances a rencontré cette semaine les contrôleurs financiers chainon, une frange importante dans la régulation budgétaire. Il était question d’échanger avec ces acteurs du dispositif devant permettre d’améliorer la régulation budgétaire et de qualifier les dépenses. A cet égard la Ministre a précisé le rôle attendu des contrôleurs financiers dans cet exercice où ils veilleront désormais au respect des plans d’engagement trimestriels approuvés par le budget. Ils devront aussi veiller à ce que certains secteurs engagent les dépenses en temps et en heure. 
M. Santé - Dans le cadre de la clôture du projet de renforcement de l'offre des services de santé dans les districts sanitaires victimes d'Ebola, la Guinée a reçu des échantillons de médicaments et kits médicaux distribués dans les 77 centres de santé de la région sanitaire de Nzérékoré. Ce projet financé par le Gouvernement japonais pour un montant de 636 000 USD, avait pour objectif principal de contribuer au renforcement du système de santé et à la réduction des épidémies. 

MEEF - Trois projets du ministère de l’environnement, des eaux et forêts viennent de bénéficier de matériels roulants et météorologiques. D’une valeur de 2 milliards de francs guinéens, cet appui vise d’une part à accompagner le département dans le suivi effectif des différentes activités menées sur le terrain, et d’autre part  de répondre aux attendes des populations et des partenaires techniques et financiers. 

MCSPH- La mission de prospection du comité d’organisation de la coupe d’Afrique des nations 2023, poursuit son séjour de travail dans la région administrative de N’Zérékoré. Après les villes de  Boké, Kindia, Labé et Kankan, les autorités administratives de N’Zérékoré ont eu un échange fructueux avec les membres du comité de prospection du COCAN 2023. Sur le terrain, la mission s’est attelé à identifier et évaluer les sites devant servir de cadre pour la réalisation des infrastructures sportives, aéroportuaires et hôtelières. 

M. Jeunesse - Une délégation du Groupe BOLLORE conduite par la Présidente de Canal Olympia était cette semaine chez le Ministre de la Jeunesse Moustapha NAITE. L’Objectif de cette visite était de présenter le « Vivendi Village Africa » qui remplace désormais l’appellation la « Bluezone ».  Au cours des échanges la Cheffe de délégation a annoncé la construction très prochainement d’une salle de cinéma ‘’Canal Olympia’’ dans la commune de Matoto. Pour sa part, le Ministre Moustapha NAITE a réitéré l’engagement de son département à accompagner cette initiative au bénéfice des jeunes de Guinée.

 La Cellule de Communication du Gouvernement

Suite...
category

Les ministres de la Fonction Publique, de Réforme et de la Modernisation de l’Administration, celui du Budget et de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail, ont signé ce jour avec l’intersyndicale  CNTG-USTG et  les organisations patronales l’avenant du protocole d’accord du 09 octobre portant maintien de l’ancienne valeur monétaire du point d’indice à 1030 et 977 au lieu de 751 et 698.

La signature de ce protocole qui s’inscrit dans le cadre d’une dynamique d’amélioration des conditions de vie des travailleurs du secteur public amorcé depuis 2011. C’est pourquoi soucieux de la préservation de la quiétude sociale et de l’équité de l’action syndicale dans notre pays, que les parties signataires du protocole du 09 octobre 2017 s’engagent en ce 19 mars 2018, à modifier le point I dudit protocole.

Le point I de ce protocole modifié prend en compte plusieurs aspects à savoir pour le personnel de la santé, le Gouvernement s’engage à payer 30% de la valeur monétaire du point d’indice (1030) à compter de la fin du mois de mars 2018. C’est-à-dire les 115 médecins décédés dans le cadre de la riposte contre l’épidémie Ebola bénéficieront d’une pension de réversion dès le 1er janvier 2018 et les 26 agents paramédicaux seront recrutés dans les effectifs de la fonction publique suivant leur profil à compter du 30 Avril 2018.

Par ailleurs, en plus des 10% déjà payés en fin février 2018, destiné aux personnels hors de l’éducation les parties maintiennent le payement des 30 % restants. Ce payement des 10% de la valeur monétaire du point d’indice se fera à la fin des mois d’avril, juillet et septembre 2018. 

S’agissant des autres personnels de la fonction publique hors éducation ayant fait valoir leurs droits à la retraite en 2017 et qui ont perçu leur indemnités de départ bénéficierons d’une augmentation de 40 % de la valeur monétaire du point d’indice payable à compter en Avril 2018.

Cet accord capital prend également en compte certains points soulevés relatifs aux transporteurs, à la biométrie et au secteur privé. Au regard de cette demande, le  Gouvernement s’engage à mettre fin aux tracasseries routières et à lever les barrages non conventionnels dès la signature du présent avenant.En plus, les parties signataires invitent le Gouvernement à accélérer la finalisation de la biométrie des retraités d’ici le 31 mai 2018 en vue de la revalorisation de leurs pensions. Ils demandent également aux employeurs de procéder à l’ouverture de négociation collective selon la capacité financière de chaque entreprise.

Il faut précise que les échanges autour des termes de cet avenant du protocole d’accord du 09 octobre portant maintien de l’ancienne valeur monétaire du point d’indice à 1030 et 977 au lieu de 751 et 698, se sont déroulés dans une atmosphère de convivialité et va permettre de restauré la confiance mutuelle entre les parties concernés pour le bien des travailleurs. 
 
 
La Cellule de Communication du Gouvernement
 

Suite...
category
Du 17 au 18 mars, l’équipe chargée de la mission technique du Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations  a procédé à la prospection  générale des infrastructures existantes dans la capitale guinéenne, Conakry.
 
A l’image de toutes les régions prospectées, la délégation conduite par  le chef de mission, Mamadi Camara, s’est rendu chez le Gouverneur de la Ville de Conakry pour boucler la mission entamée par son équipe depuis le 28 février 2018.
 
A cette occasion, le Gouverneur de la ville de Conakry, Général Mathurin Bangoura a accueilli la délégation et  s’est réjoui de l’effort fourni par cette équipe durant ces périodes d’évaluations. Puis, il a exprimé son mécontentement face à  l’indifférence du Gouvernement concernant le fonctionnement du Comité. Selon lui, depuis que le comité a été mis en place toutes les activités réalisées jusqu’à maintenant a été fait par les membres du COCAN afin de faire évoluer les choses. Pour lui, une Coupe d’Afrique qui doit être organisée en 2023 si jusqu’à nos jours  aucune rencontre n’a eu lieu avec le Gouvernement et aucun moyen n’a été mis à disposition,  il ne trouve  pas de raison dans ces conditions qu’on parle de la tenue de la coupe des nations en 2023. Donc à son niveau les attentes sont grandes mais il faudrait bien que le gouvernement s’implique dit-il.
 
Dans la ville de Conakry, quatre (4) stades ont été visités notamment, le terrain de Coleah qui  est ciblé pour servir de stade de dégagement, ce qui par ailleurs demande beaucoup de travaux, puis le stade annexe  qui dispose d’une tribune et d’une pelouse synthétique. Quant au stade du 28 septembre sa capacité d’accueil est de 16 milles places. Pour terminer l’équipe s’est également rendue sur le terrain Kabinet Kouyaté qui aussi a besoin d’être doté des infrastructures nécessaires pour qu’il puisse faire partie des stades devant abriter cette fête footballistique.
 
En bref, après observation, le chef de mission a souhaité que toutes les dispositions soient prises, et faire en sorte que les gazons synthétiques soient transformés en naturels comme l’exige la CAF et s’il le faut reconstruire tous les stades.
 Pour la seconde journée de prospection, l’hôtel Sheraton et l’hôpital  Sino-guinéen  ont fait l’objet de la visite de la mission technique du COCAN. Pour le moment à ce niveau tout répond aux normes exigées par la CAF.
 
Ainsi s’est achevée la première mission technique du COCAN qui a démarré Mercredi 28 février et a pris fin ce lundi 19 Mars après la rencontre qui a eu lieu entre l’équipe et le Gouverneur de la ville de Conakry.
 
 
La Cellule de Communication du Gouvernement
 
www.gouvernement.gov.gn
 
Suite...
category
Dans la nuit du samedi 17 mars 2018, aux environs de 23h50, un incendie d’origine électrique s’est déclenché au marché de Madina, précisément au secteur 7 qu'occupent les vendeuses et vendeurs de tissus.
 
Aussitôt toutes les dispositions sécuritaires ont été immédiatement prises sous la conduite des Ministres de la sécurité et de l’administration du territoire présents sur les lieux.
 
Des dégâts matériels en cours d’évaluation ont été enregistrés et aucune perte en vie humaine n’est à signaler.
 
Des investigations complémentaires sont néanmoins en cours pour déterminer la cause exacte du sinistre.
 
 Pour rappel, un incendie de la même nature était survenu dans le même marché il y a environ 2 ans. Celui-ci avait été provoqué par un court-circuit.
 
Cellule de Communication du Gouvernement.
 
Suite...
category
Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 15 mars 2018 de 11h à 12h 30, avec l'ordre du jour suivant :
 
1.   Message de son Excellence Monsieur le Président de la République ;
2.   Compte rendu des sessions ordinaires du Conseil interministériel tenues les 06 et 13 mars 2018 ;
3.   Décisions.
 
Au titre du premier point de l’ordre du jour ;
 
Le Président de la République a réitéré sa volonté ferme à veiller sur la sécurité des personnes et de leurs biens, à garantir les droits fondamentaux des citoyens et l’intégrité du territoire national.
 
Le Chef de l’Etat a demandé au gouvernement de veiller à ce que les acteurs du secteur privé soient membres des Conseils d’Administration des Institutions d’enseignement supérieur et professionnel pour une meilleure prise en compte des préoccupations en matière d’employabilité des jeunes diplômés.
 
Le Président de la République a invité le gouvernement à prendre des mesures pour mieux protéger l’environnement et promouvoir des zones agricoles dans les régions d’implantation des sociétés minières et autres entreprises d’ouvrage. Il a ensuite insisté sur la promotion du contenu local en privilégiant les populations et autres PME des zones d’implantation.
 
Le Chef de l’Etat a demandé au gouvernement de veiller au respect du corps de recrutement du personnel de la fonction publique. A ce titre le Président a instruit le Ministre en charge de la fonction publique à soumettre un rapport détaillé sur la situation des fonctionnaires engagés au compte du secteur de l’éducation.
 
Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu des sessions ordinaires du Conseil interministériel tenues les 06 et 13 mars 2018.
 
Le Conseil a entendu successivement :
 
Ø Le Ministre du Commerce qui a fait une communication relative à la signature de l’Accord de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECA) prévue à Kigali (Rwanda), le 21 mars 2018.
 
Il a rappelé la décision des Chefs d'État et de gouvernement de l'Union Africaine de signer l’Accord de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine qui résulte de leur approbation du Paquet de Niamey lors de la 30ème Session ordinaire tenue à Addis-Abeba, les 28 et 29 janvier 2018.
 
Le Ministre a suggéré que pour que notre économie puisse tirer profit des avantages de cet Accord, la Guinée doit entreprendre des réformes politiques visant à :
 
-         Compenser les pertes de recettes douanières ;
-         Mettre en place des infrastructures liées au commerce ;
-         Minimiser les coûts de production pour les PME ;
-         Améliorer les capacités de production et la compétitivité ; et
-         Attirer l’investissement direct étranger.
 
Il a soutenu que la création de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine doit mener à l’Établissement d’un Marché commun africain, y compris la libre circulation des Hommes d'affaires et le droit d'établissement et l’Établissement d’une Union économique et monétaire panafricaine qui comprendra la création d'une Banque centrale africaine et d'une monnaie africaine.
 
Le conseil a demandé au Ministre poursuivre la procédure de signature des textes et de veiller à prendre en compte les intérêts de la Guinée et les dispositions en cours au sein de l’espace de la CEDEAO.
 
Ø Le Ministre des Mines et de la Géologie qui a fait une communication relative au Comité Interministériel de Suivi des Projets Miniers Intégrés (CISPMI).
 
Il a affirmé que le Comité Interministériel de Suivi des Projets Miniers Intégrés (CISPMI) a pour mission de veiller au respect des obligations incombant à l’Etat dans le cadre des conventions et accords miniers, de suivre et coordonner le développement des projets conformément aux feuilles de route convenues avec les sociétés minières et de mettre en place un mécanisme de délivrance simplifié et diligent des permis et autorisations.
 
Le Ministre a précisé que pour permettre au Comité d’exercer ses compétences, il dispose de deux structures d’appui qui sont : Le Comité Technique et le Secrétariat Permanent. Le Comité Interministériel est composé des représentants des départements ministériels les plus impliqués dans le processus de développement des projets miniers.
 
Il a annoncé que dans l’atteinte de ces objectifs stratégiques, le Gouvernement a bénéficié de l’appui technique et financier des partenaires au développement (Banque Mondiale, Banque Africaine de Développement) pour améliorer la gouvernance dans le secteur minier.
 
Le Ministre a informé que dans le cadre de l’accomplissement de la mission du Comité Interministériel, à travers le Secrétariat Permanent, avec l’appui des partenaires, les actions suivantes seront réalisées :
 
-         Amélioration du fonctionnement du Secrétariat Permanent ;
-         Amélioration des textes régissant les demandes des permis et autorisations ;
-         Mise en place d’un Système informatique ;
-         Relance de la réunion du Comité Interministériel de Suivi des Projets Miniers Intégrés.
 
Le Conseil a apporté son soutien au Ministre et l’a encouragé à poursuivre la mise en œuvre des actions prévues dans le cadre de mission du Comité Interministériel de Suivi des Projets Miniers Intégrés (CISPMI) en mettant l’accent sur :
 
ü La Consolidation des approches relatives à l’impact social, environnemental et économique ;
 
ü La Collaboration étroite avec les Ministères en charge de l’Agriculture, de l’Environnement, des Pêches, de la Justice et de l’Hydraulique.
 
Le conseil a ensuite approuvé la tenue de la prochaine session du Comité Interministériel de Suivi des Projets Miniers Intégrés, prévue le 30 mars 2018 à Conakry, afin de statuer sur les modalités pratiques de ses activités.
 
 Ø Le Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail a fait une communication relative à l’implication des Départements Ministériels dans la Formation Professionnelle en approche par Compétence (APC).
 
Il affirmé que l’objectif est l’institutionnalisation des stages pour les apprenants des Institutions de formation professionnelle par les projets, les programmes et les entreprises sous-tutelle des Départements ministériels. Il s’agit de l’application de la technique pédagogique de l’Approche par Compétence (ACP), qui privilégie la formation pratique par rapports aux cours théoriques.
 
Le Ministre a soutenu que cette mesure permettra d’améliorer l’adaptation de la politique nationale de formation professionnelle aux besoins du marché de l’emploi pour assurer une meilleure insertion des jeunes à la fin de leur formation.
 
Il a indiqué qu’à la faveur de grands chantiers d’infrastructures il faut donner des opportunités aux apprenants à faire des stages, mettre en place un système de recrutement obligatoire des stagiaires et impliquer le secteur privé.
 
Ø Madame le Ministre de l’Economie et des Finances a présenté au nom de Monsieur le Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée, en mission, le projet de Décret portant obligation d’Assurance des Biens et Marchandises de toute nature à l’importation en République de Guinée.
 
Elle a rappelé que le Code des Assurances de 1995 avait posé le principe en son article 115, aliéna 4 ; mais ce texte est demeuré inappliqué. C’est pourquoi, la Loi/2016/034/AN/SGG du 28 juillet 2016 portant Code des Assurances en ses articles 127, 129, 131, et 180, a amendé les dispositions de la Loi de 1995, et prévoit l’obligation de l’assurance à l’importation ainsi que la souscription de tout risque situé en République de Guinée auprès des Compagnies Guinéennes.
 
Madame le Ministre a indiqué que le texte prévoit les types de garanties, les capitaux garantis, la procédure de souscription de la police d’assurance, le contrôle et les sanctions.
 
Elle a affirmé qu’une bonne application des dispositions du présent décret apportera des avantages aussi bien à l’Etat, aux Importateurs de biens et marchandises, qu’aux Sociétés d’Assurance et Intermédiaires évoluant sur le marché national.
Madame le Ministre a soutenu que l’assurance à l’importation n’est pas une nouvelle taxe du commerce. Ce qui va changer au bénéfice du marché national est que désormais les importations se feront « FOB » conformément aux pratiques dans la sous-région.
 
Ø Au titre des Décisions :
 
1. Le conseil a recommandé la mise en place d’une commission interministérielle, sous la présidence du Ministre de l’Economie et des Finances en vue de proposer des amendements au code des marchés publics pour intégrer, entre autres, les aspects liés au stage.
 
2.  Le Conseil a recommandé l’approbation du projet de décret portant obligation d’Assurance des Biens et Marchandises de toute nature à l’importation en République de Guinée.
 
Avant de lever la séance, le Président de la république a donné de larges informations sur la situation nationale.
 
 
Le Conseil des Ministres
 
 
Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement
 
Suite...
category

Dans une adresse à la nation diffusée lundi, le président de la République Pr. Alpha Condé a exprimé son regret vis-à-vis de la crise sociale générale que traverse actuellement le système éducatif guinéen qui perdure depuis trois semaines.

Selon lui, la Guinée, à l'instar des autres pays, "traverse des difficultés" qui peuvent être surmontées si chacun prenait la "mesure exacte, sans passion ni calcul". "J'en appelle au sens élevé du devoir de chacun d'entre nous et vous exhorte tous, mes chers compatriotes, à un véritable sursaut national", a dit le président Condé qui estime que chacun doit se rappeler en toutes circonstances, que l'intérêt du pays est au-dessus de tout.

Le chef de l'Etat a souligné que chaque citoyen peut comprendre sa préoccupation, ainsi que celle de toute la nation face à la grève des enseignants qui perdure au grand dam de tous avec des conséquences malheureuses pour tout le pays et son système économique.

"Je regrette comme tous les Guinéens (les élèves et leurs parents) que notre école connaisse une succession de grève", a-t-il noté avant d'ajouter que les enfants sont privés de leur droit à l'enseignement.

Et c'est pourquoi, il a affirmé que "sa responsabilité première en tant que chef de l'Etat est d'être à l'écoute de tous les Guinéens et de trouver des solutions aux problèmes du pays dans un langage de vérité et de sincérité partagé".

Toutefois, il se dit convaincu que seuls le dialogue et la concertation sont à mesure de mettre fin à toutes les incompréhensions.
Par ailleurs, le chef de l'Etat n'a pas manqué de reconnaître que malgré les progrès significatifs réalisés ces dernières années, des efforts immenses restent à accomplir pour améliorer les conditions de vie et de travail des travailleurs.

Face à la revendication salariale des syndicats de l'éducation, le président de la République a précisé que les ressources du pays sont très limitées et que les besoins dans tous les domaines sont considérables et chaque jour plus pressants.

"Tout est priorité, tout est urgence", a-t-il dit, et d'ajouter: "Je prendrai toutes les mesures souhaitées par la majorité silencieuse de nos compatriotes pour combattre la gabegie financière et économique, la corruption et l'impunité", a rassuré le président Condé.

A cette occasion, le président guinéen a dénoncé les actes de violences qui ont causé des pertes en vies humaines et des dégâts matériels importants lors de cette grève des enseignants du pays.
Il a affirmé que la force ne peut pas être un recours, la violence n'est pas une solution.

Selon lui, l'espoir est permis grâce à la confiance retrouvée dans le pays par les partenaires techniques et financiers et la communauté internationale qui s'est manifestée notamment lors du groupe consultatif à Paris.

"Notre pays est en marche vers le progrès à condition que notre stabilité politique et sociale ne soit pas menacée par des crises sociales à répétition et des conflits politiques permanents", a souligné le président Condé.

Pour ce faire, M. Condé a affirmé qu'il s'emploiera personnellement à encourager le dialogue direct et franc avec toutes les forces vives de la nation pour parvenir à un large consensus sur les questions d'intérêt national.

"La Guinée a besoin d'union sacrée de la nation, la solidarité entre tous ses enfants, enfin de faire face aux défis de notre époque", a-t-il conclu. Avec Xinhua

 

Cellule de Communication

Suite...
category

Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 1er mars 2018 de 10h à 12h, avec l’ordre du jour suivant :
 
Message de son Excellence Monsieur le Président de la République ;
Compte rendu de la session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 27 février 2018 ;
Décisions.
Au titre du premier point de l’ordre du jour, Monsieur le Président de la République a invité le Gouvernement à poursuivre la réforme au niveau des collectivités décentralisées visant au renforcement de leur autonomie financière en vue de rendre effective l’autorité de l’Etat au niveau local.
Le Chef de l’Etat a demandé aux membres du Gouvernement de désigner systématiquement des personnes ressources au sein de leur département pour suivre la mise en œuvre des accords dans le cadre de la coopération bilatérale.
Le Président de la République a demandé au Gouvernement de respecter la cadence de tenue mensuelle du Comité de Trésorerie et de s’assurer de son bon fonctionnement.
Le Chef de l’Etat a invité les membres du Gouvernement a veiller à ce que les délégations guinéennes qui se rendent en mission à l’étranger soient composées de cadres compétents et effectivement concernés par les sujets qui doivent faire l’objet de débats.


Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a introduit le compte rendu de la session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 27 février 2018.
Le Conseil a entendu successivement:


AU TITRE DES EXAMENS DE TEXTES


 Le Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée a soumis à l’examen deux projets de Décret:
Le premier portant Organisation et Fonctionnement du Conseil National de l’Epargne et du Crédit (CNEC).


 Le Gouverneur a rappelé que dans le but de favoriser la bancarisation des populations guinéennes, la loi L/2013/060/CNT du 12 août 2013 portant Réglementation Bancaire en République de Guinée dispose en son article 44, l’institution d’un Conseil National de l’Epargne et du Crédit présidé par le Ministre de l’Economie et des Finances.Ce Conseil est un organe consultatif tripartite chargé de délibérer et d’émettre des avis sur les conditions de fonctionnement des Etablissements de Crédits. Il est composé des Représentants de l’Administration publique, des banques et des consommateurs.
Le Gouverneur a souligné que l’objectif visé par le Conseil est, d’une part de développer les infrastructures financières nécessaires à la mise en place d’une politique financière efficace et inclusive, et d’autre part, de favoriser la concertation entre les parties prenantes.
Il a précisé que le Conseil National de l’Epargne et du Crédit est chargé :
–    D’étudier les conditions de fonctionnement du Système bancaire et financier. A ce titre, il peut être consulté sur toutes questions monétaires ou de crédit, il émet des avis et peut faire procéder aux études qu’il juge nécessaire ;
–         De formuler et de soumettre des propositions au Gouvernement dans les domaines qui relèvent de sa compétence.
Le Gouverneur a souligné que pour l’exécution de ses missions, le CNEC doit mettre en place divers organes, notamment : un organe décisionnel, des Comités techniques, et un Secrétariat Général qui est assuré par la Banque Centrale.
Il a sollicité l’adoption du présent projet de Décret, compte tenu de l’importance d’un tel organe notamment au plan des éclairages à apporter sur la conduite des politiques monétaires et financières et leur impact sur le consommateur guinéen.
Au cours des débats, les observations essentielles ont porté sur la nécessité de :
 
–         Clarifier la qualité des membres du Conseil National de l’Epargne et du Crédit qui est un organe consultatif ;
 
–         Equilibrer la composition du CNEC.
Au terme des débats, le Conseil a  décidé qu’une concertation complémentaire soit menée avec les ministères en charge des Finances et du Budget avant de présenter le texte à une seconde lecture.
Le deuxième portant Création, Organisation et Fonctionnement du Comité Consultatif des Assurances.
Le Gouverneur a rappelé que le Comité Consultatif des Assurances, prévu dans la loi portant Code des Assurances de 1995, repris et amendé à l’article 404 dans celle de 2016, est un Organe qui émet des avis sur les questions relatives au Secteur des Assurances en République de Guinée.
Le Gouverneur a précisé que le Comité Consultatif des Assurances est chargé de donner son avis sur les questions relatives au fonctionnement du marché des Assurances, aux Opérations d’assurance, de Capitalisation et de Réassurance ainsi qu’à toute question qui s’y rapporte. Il est saisi de tout projet de loi ou de règlement régissant les conditions d’exercice, de gestion et de commercialisation des produits d’assurance en République de Guinée. Ses avis sont consultatifs.
Le Comité à la demande de son Président, peut s’adjoindre sans voix délibérative, toute personne dont il estime l’avis utile.
Il a indiqué que les Représentants de l’Etat au comité sont les partenaires de la BCRG en matière de conduite de la politique des Assurances en Guinée. Ce sont les Ministères en charge du Budget, des Transports de la Sécurité. Les autres Membres du Comité sont désignés par la Cour Suprême, l’Association Professionnelle des Assureurs de Guinée (APAG), l’Association Professionnelle des Courtiers en Assurance et Réassurance (APCAR), le Fonds de Garantie Automobile et le Bureau National de la Carte Brune (CEDEAO).
Le Secrétariat du Comité sera assuré par le Directeur de la Supervision des Assurances.
Le Gouverneur a soutenu que la mise en place de ce Comité Consultatif des Assurances permettra à l’Etat et aux acteurs du marché guinéen des assurances de bénéficier d’avis d’Experts avant la prise de texte régissant le Secteur des Assurances.
 Au cours des débats, les observations ont essentiellement porté sur la nécessité de :
–         Revoir la composition pour tenir compte des différentes sensibilités qui permettront de saisir toutes les opportunités;
–         Préciser la catégorie du Magistrat (Cour Suprême, Cour des Comptes, etc) ;
–         Prévoir le Ministère du Commerce comme membre du Comité Consultatif des Assurances.
 Au terme des débats, le Conseil a apporté son soutien au Gouverneur et demandé qu’une consultation soit menée avec les ministères concernés avant une présentation du texte en seconde lecture.
AU TITRE DES COMMUNICATIONS
 La Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts a fait une Communication sur l’Organisation de la 5ème Revue Annuelle conjointe du Programme « Accélération de l’accès à l’assainissement et l’eau potable pour tous en Afrique de l’Ouest et du Centre » sous le leadership du Gouvernement Guinéen.
Elle a indiqué que ce programme portait sur 4 axes qui sont:
 
–         La construction de blocs de latrine dans les écoles et centres de santé ;
 
–         La construction des points d’eaux dans les communes, les écoles et les centres de santé par le SNAPE ;
 
–      La sensibilisation pour mettre fin à la défécation à l’air libre à travers l’approche ATPC (Assainissement Totale Piloté par les Communautés) ;
 
–        La promotion de l’hygiène à travers la sensibilisation sur le traitement de l’eau à domicile et le lavage des mains aux moments critiques.
La Ministre a informé que la 5ème  revue annuelle conjointe aura lieu à Conakry, du 12 au 16 mars 2018, sous le leadership du Gouvernement Guinéen. Cette revue a pour objectif de faire le point sur les progrès du programme et discuter des problèmes communs aux deux partenariats.
Elle a rappelé que ce programme est en cours en Guinée depuis 2013, dans 59 communes rurales des régions administratives de Boké, de Kindia, Faranah et de Conakry. Il est financé par le Gouvernement guinéen, le Gouvernement Néerlandais, la participation des bénéficiaires et de l’UNICEF.
Elle a soutenu que ce programme qui s’inscrit en droite ligne du Programme National de Développement Economique et Social (PNDES) et des Objectifs de Développement Durable (ODD) est en train de contribuer efficacement à l’amélioration des conditions de vie de la population guinéenne à travers l’accélération de l’accès universel aux services d’approvisionnement en Eau, Hygiène et Assainissement.
La Ministre a indiqué que cette rencontre pour la 5ème revue est une opportunité unique d’échanger avec les Partenaires Techniques et Financiers Néerlandais, Anglais et des Comités Nationaux de l’UNICEF pour des mobilisations de ressources non remboursables au profit du PNDES.
Au terme de l’exposé, le Conseil a apporté son soutien à la Ministre et recommandél’Organisation de la 5ème Revue Annuelle conjointe du Programme « Accélération de l’accès à l’assainissement et l’eau potable pour tous en Afrique de l’Ouest et du centre » sous le leadership du Gouvernement Guinéen.
 Le Ministre du Budget a fait une communication relative au renforcement de la Décentralisation et de la Déconcentration Budgétaires.
Il a rappelé que le Gouvernement a entrepris la réforme de la gouvernance territoriale en adoptant un nouveau code des collectivités territoriales conformément à la Loi L/2017/040/AN du 26 Mai 2017 promulguée par Décret D/197/PRG/SGG du 28 Juillet 2017.
Cette Loi leur a conféré des compétences distinctes de celles de l’Etat : 13 domaines pour les communes et huit (8) pour les régions dont l’exercice exige des ressources budgétaires correspondantes, et une bonne articulation entre le Budget de l’Etat et celui des collectivités locales.
Le Ministre a affirmé que le nouveau code a introduit plusieurs innovations notamment :
–      la création d’une dotation de fonctionnement et d’une dotation d’investissement avec un Fonds de Développement Local dont la gestion devra être assurée par l’Agence Nationale de Financement des Collectivités Locales (ANAFIC) ;
–      le contrôle renforcé de la légalité en vue de l’approbation du Budget, l’intervention de la Cour des comptes dans le processus d’adoption, ainsi que les règles plus strictes de perception des recettes et d’exécution des dépenses.
Il a déclaré que ces réformes exigent que soit élaboré, dans les meilleurs délais, le décret d’application de ce code, notamment en ce qui concerne le volet budgétaire et financier en mettant à la disposition des acteurs locaux un règlement portant régime financier des collectivités locales qui déclinerait en un document coordonné les dispositions de la LORF ainsi que du présent code en matière de gestion budgétaire et financière des collectivités locales.
Le Ministre a annoncé que le Ministère du Budget mettra en place un groupe de travail, de concert avec les Ministères de l’Economie et des Finances et de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation pour l’élaboration de ce règlement portant régime financier des collectivités locales ainsi que ses annexes.
Il a précisé que des dispositions sont prévues pour améliorer l’exécution budgétaire au niveau des services déconcentrés de l’Etat au cours de l’exercice budgétaire 2018.
A ce titre et conformément à l’article 2l de la loi de finances 2018, il est interdit aux ordonnateurs :
– D’utiliser les dotations des services déconcentrés au profit des services centraux ;
– De procéder à des transferts et virements de crédits au bénéfice des services centraux par prélèvement sur les crédits des services déconcentrés.
Par ailleurs les ordonnateurs sont tenus de notifier à l’ensemble des structures déconcentrées de leurs départements les crédits ouverts en leur faveur dans la Loi de finances 2018 et de procéder trimestriellement aux délégations de crédits dans les limites des plafonds de régulation.
Le Ministre a informé que dans la perspective de l’élaboration du budget 2019, la cartographie de la déconcentration pour tous les ministères sera complètement réalisée, afin de prévoir des crédits budgétaires pour chaque service déconcentré et éviter de les faire dépendre des ressources destinées aux collectivités locales.
Au cours des débats, les observations ont essentiellement porté sur la nécessité de :
 
–        Débloquer les seuils de passation des marchés afin de redynamiser l’Entreprenariat privé à l’intérieur du pays ;
 
–         Mettre en place des procédures claires de mise à disposition directe des fonds au service des bénéficiaires ;
 
–         Donner la possibilité aux Services Administratifs et Financiers (SAF) d’accéder directement à la « Chaîne des dépenses » ;
 
–         Doter les services décentralisés et déconcentrés de SAF ;
 
–         Inclure le Ministère des Mines dans la commission de réflexion ;
 
–    Prévoir la prise en charge des bureaux des Conseils communaux qui seront mis en place suite aux présentes élections communales.
Au terme des débats, le Conseil apporte son soutien au Ministre et l’autorise à soumettre un projet de décret sur la Décentralisation et la Déconcentration Budgétaire à une prochaine session du Conseil.
 AU TIRE DU COMPTE RENDU
 Le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger a fait le compte rendu relatif à la 5ème Session de la Commission Mixte de Coopération Guinée-Tunisie, tenue les 19 et 20 février 2018.
Il a indiqué que sur la base de l’ordre du jour adopté par consensus, cette session s’est déroulée en plusieurs étapes. D’abord l’ouverture des travaux de la commission mixte regroupant les experts des deux délégations Guinéenne et Tunisienne qui ont axé les échanges sur la volonté politique des deux gouvernements de relancer la coopération bilatérale.
Le Ministre a souligné que cette rencontre des experts a permis la constitution de quatre groupes de travail :
 
–         Une sous-commission politique ;
 
–         Une sous-commission économique, commerciale, financière et technique ;
 
–         Une sous-commission éducation, culturelle et affaires sociales ;
 
–         Une sous- commission chargée du domaine des transports.
Ensuite, les sous commissions ainsi constituées ont examiné et adopté l’avant-projet du procès-verbal élaboré sur la base des conclusions sectorielles issues des travaux d’experts.
Il a informé que le procès-verbal final de la 5ème commission mixte de coopération Guinée-Tunisie a été officiellement adopté avec la signature par les  deux chefs de délégation de 21 Protocoles d’Accord et Mémorandum d’Entente de coopération. Un Comité ad-hoc  d’évaluation périodique de la mise en œuvre des décisions et recommandations issues de cette session a été mis en place.
Le Ministre a précisé qu’en marge des travaux de la 5ème session, des entretiens successifs ont été faits avec les autorités tunisiennes dans le cadre de renforcement de la coopération entre les deux pays, dont entre autres :
 
–         Audience avec Son Excellence Monsieur le Président de la République de Tunisie au palais Présidentiel de Carthage ;
 
–         Rencontre du Ministre d’Etat, Ministre Guinéen de la Justice et des Garde des Sceaux avec son homologue Tunisien
 
–         et des visites de terrain ;
Le Ministre a informé que la session s’est achevée par la signature de 21 instruments qui constituent le nouveau Cadre juridique de notre coopération bilatérale. Ce nouveau programme de coopération tient compte des domaines préalablement identifiés lors de la 4ème session tenue à Conakry en septembre 2002 et a été élargi à d’autres domaines.
Il a enfin informé que, pour tirer pleinement profit de cette dynamique, il est indispensable que chaque Département concerné mette en place son propre mécanisme de suivi/évaluation de la mise en œuvre des Accords sectoriels signés.
AU TITRE DES DECISIONS
 Le Conseil approuve l’organisation de la 5ème Revue Annuelle conjointe du Programme « Accélération de l’accès à l’assainissement et l’eau potable pour tous en Afrique de l’Ouest et du Centre » présenté par la Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts. Le Conseil demande à Madame la Ministre d’y associer les Ministres en charge de la Santé et de l’Hydraulique.
 
 
Le Conseil des Ministres

Suite...
category

Une dizaine d'universités américaines et canadiennes ont participé récemment, à Washington, à la 16ème conférence internationale sur l'Afrique. Dénommé "Model African Union Conference", le forum a été organisé par Howard University, l'une des vieilles institutions universitaires noires des Etats-Unis.

En marge des travaux, une délégation d'étudiants de l'Université d'Etat d'Ohio (Ohio State University) s'est rendue à l'ambassade de Guinée où elle a reçu un briefing sur les potentialités socio-économiques de l'Afrique ainsi que les activités de l'Union africaine dans la préservation de la paix et de la sécurité sur le continent. Ce briefing a été co-animé par le Conseiller Politique, M. Karamo Koita, et le Secrétaire en charge des affaires culturelles, M. Ibrahim Niaissa.

Les débats instaurés par la suite, ont permis aux participants de poser plusieurs questions portant notamment sur les effets du changement climatique en Afrique, la production alimentaire ainsi que des problèmes sociaux tels que l'éducation, la santé et l'excision.

La tension entre l'Egypte et l'Ethiopie née de la décision des autorités d'Addis-Abeba de construire un mégabarrage hydro-électrique sur le Nil a été également évoquée.

Sur la question, le Conseiller Koita a mis en relief les efforts diplomatiques entrepris par l'Union africaine sous la direction du président Alpha Condé. Dans cette perspective, il a écarté la possibilité d'une confrontation militaire entre les deux pays, en insistant sur le fait que le Nil est une manne céleste commune à plusieurs pays de la région depuis des millénaires.
 

 

Cellule de Communication

Suite...
category
Conakry, le 22 Février 2018 - Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 22 février 2018 de 10h à 12h, avec l'ordre du jour suivant :
 
1.     Message de son Excellence Monsieur le Président de la République ;
2.     Compte rendu de la session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 20 février 2018 ;
3.     Décisions ;
4.     Divers.

Au titre du premier point de l’ordre du jour, Monsieur le Président de la République a demandé aux Ministres en charge de la Défense et de la Sécurité d’assurer le suivi des projets de loi et des textes d’application relatifs à la Défense et à la Sécurité intérieure.
 
Le Chef de l’Etat a invité le Ministre de la Pêche à finaliser l’organigramme de son département et à proposer les textes y relatifs.
 
Le Chef de l’Etat a demandé au Gouvernement de vérifier la réalité de certaines indicatrices et autres données économiques et sociales de manière à disposer de statistiques fiables. A ce titre, le Ministre en charge de l’Administration du Territoire a été chargé de mobiliser les administrateurs territoriaux pour recouper les informations transmises par les départements au Ministère en charge du Plan.
Le Président de la République a invité le Gouvernement à poursuivre les efforts en cours pour résoudre la crise qui frappe le secteur éducatif consécutivement à des dissensions dans certaines organisations syndicales.

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a introduit le compte rendu de la session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 20 février 2018.
Le Conseil a entendu successivement :

AU TITRE DU COMPTE RENDU

Le Ministre d’Etat auprès de la Présidence chargé de la Défense a fait un compte rendu de la Commission Interministérielle sur la réflexion relative au maintien de l’ordre public et de la sécurité.
Il a rappelé que l’objectif est de faire l’analyse du contexte sécuritaire en République de Guinée et de définir les mesures sécuritaires d’urgence, les mesures sécuritaires et politiques associées à moyen terme ainsi que les mesures sécuritaires et politiques associées à long terme.

Le Ministre a précisé que l’avènement de la IIIème république est intervenu dans un climat de crise qui a longtemps exacerbé les contradictions entre les communautés à travers le pays et divisé profondément la classe politique. Les revendications d’ordre politique, social et syndical qui ont gravement affecté le pays vers la fin de la IIème République ont continué sous la IIIème République jusqu’à la mise en place en 2013 de la nouvelle Assemblée Nationale.

Il a indiqué qu’à ces préoccupations s’ajoutent des problèmes d’insécurité générale, de criminalité et les difficultés de gestion qui sont du reste, inhérentes à tout processus de transition politique et de changement majeur dans une société.

Le Ministre a affirmé que c’est dans cette perspective, qu’un vaste programme de réforme du secteur de sécurité (RSS) fut lancé, concomitamment avec celui de la Justice.

Le Ministre a soutenu que sur le plan continental, l’aggravation du « Phénomène terroriste », la naissance et la multiplication des organisations terroristes et des courants djihadistes, fondamentalistes et extrémistes, l’occupation du Nord de la République du Mali par les djihadistes et la guerre en Lybie ont fait planer les mêmes menaces sur tous les pays de la bande sahélo-sahélienne, ainsi que sur les pays périphériques dont la République de Guinée.

Il a informé qu’un rapport circonstancié d’évaluation de toutes ces menaces intérieures et extérieures, réelles et potentielles contre la République de Guinée avait été alors élaboré en 2015 par la Communauté guinéenne du Renseignement assortie de propositions de mesures de prévention et de riposte. Le Ministre a également évoqué plusieurs autres facteurs de risques importants.
 
Le Ministre a indiqué que dans le cadre de la Réforme du Secteur de Sécurité, une série de mesures d’ordre institutionnel, opérationnel et législatif ont été adoptées pour faire face à la problématique sécuritaire actuelle, aux problèmes de maintien d’ordre, de délinquance, de crimes organisés et plus particulièrement la menace terroriste. Ce qui place la Guinée de loin en avance sur tous les pays qui l’entourent dans le cadre du renforcement de la sécurité nationale.
 
Le Ministre a souhaité que celles de ces mesures et dispositions inachevées ou non encore mises en œuvre le soient dans les délais les plus brefs.
 
 AU TITRE DES EXAMENS DE TEXTES
 
Le Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique a soumis deux projets de Décrets:
·        Le premier portant Attributions, Organisation et Fonctionnement du Fonds de l’Hydraulique.
Il a rappelé qu’en 1994, la Guinée s’est dotée d’une réglementation sur les ressources en eau à travers la Loi L/94/005/CTRN, du 15 février 1994 portant code de l’Eau de la République de Guinée avec pour objectif la mise en place de normes régissant la gestion desdites ressources ainsi qu’un cadre institutionnel cohérent.Le Ministre a indiqué que cette loi a institué le Fonds de l’Hydraulique sous la tutelle conjointe des ministres chargés de l’Hydraulique et des Finances. Il est alimenté par les produits des taxes et redevances perçues, les produits des amendes infligées sur les usagers, les crédits et dotations alloués par l’Etat. Ces ressources sont destinées à favoriser le développement des ressources en eau et la mise en œuvre de la politique de l’Eau. Il a expliqué qu’en application des dispositions de l’article 54 de code de l’eau sus référencé, le Décret D/N°124/PRG/CNDD/SGPRG/2010 du 21 juin 2010, portant composition, organisation et fonctionnement du Fonds de l’Hydraulique est pris pour rendre opérationnel cet Établissement Public à caractère Administratif.

Le Ministre a souligné que ce décret qui vise à rendre opérationnel le Fonds de l’Hydraulique présente des faiblesses, qui se manifestent par :
-         L’impossibilité de la mise en place d’un conseil d’administration pour cet organisme public. Car les articles 2 et 3 du décret disposent que le Fonds de l’Hydraulique est géré par un conseil d’administration de onze (11) membres nommés par arrêté du ministre de l’Hydraulique, pour une durée de deux (2) ans renouvelable une fois;
 
-         La gestion financière du Fonds qui est confiée à un régisseur choisi parmi des cadres financiers et comptables du service du Trésor pour assurer le recouvrement des recettes ;
 
-         L’absence de postes techniques et des attributions très sommaires du Directeur Général du Fonds.
 
Il a soutenu qu’a cause de ces insuffisances, le décret du 21 juin 2010 instituant le Fonds de l’Hydraulique n’est pas en conformité avec la législation en vigueur, notamment la Loi L/2016/075/AN du 30 décembre 2016 portant gouvernance financière des sociétés et établissements publics en république de Guinée et la loi organique relative aux lois des finances et le règlement général sur la gestion budgétaire et la comptabilité publique.
 
Le ministre expliqué que c’est pour corriger tous ces manquements que ce projet de décret est soumis pour examen et adoption en vue de l’opérationnalisation effective du Fonds de l’Hydraulique qui doit, entre autres ; contribuer au financement des programmes et projets de développement de ressources en eau, favoriser la mise en œuvre de la politique de l’eau.
Au cours des débats, les observations ont essentiellement porté sur la nécessité de:
-  Relire le projet de décret en collaboration avec les ministères en charge des Finances, du Budget, des Mines, de l’Environnement, de l’Administration du Territoire et le Secrétariat Général du Gouvernement avant sa soumission au Conseil des Ministres.   ;
-       Préciser la tutelle financière du Fonds de l’Hydraulique.
 
Au terme des débats, le conseil a recommandé l’adoption du projet de Décret sous réserve de la prise en compte des observations formulées.
 
·        Le deuxième portant déclaration d’utilité publique des Zones couvertes par le projet d’interconnexion électrique 225 KV Guinée-Mali.
Il a rappelé que le projet d’interconnexion électrique de 225 kv Guinée-Mali consiste en, la construction d’une ligne de transport d’électricité à double terne, d’une longueur de 714 km et des postes de transformation associés, entre la ville de N’Zérékoré en Guinée et celle de Sanankoroba au Mali en passant par les localités de Beyla, Kérouané, Kankan, Fomi, Siguiri en Guinée.
Le Ministre a indiqué que le projet vise spécifiquement à établir l’interconnexion des réseaux électriques de la Guinée et du Mali, renforcer les interconnexions électriques en cours de construction dans la sous-région et à favoriser le raccordement des ménages au réseau électrique dans les deux pays.  Cette interconnexion renforcera le raccordement à 225 Kv de CLSG, l’OMVS, l’OMVG et Ghana-Burkina Faso-Mali. Il a informé que le coût estimatif du projet pour la partie guinéenne s’établit à 233.55 millions UC soit 325 millions de dollars USD. Il est cofinancé par la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement, la Banque Islamique de Développement, l’Union Européenne, la Banque Européenne d’Investissements, la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO, la Banque Ouest-Africaine de Développement et les Gouvernements de la Guinée et du Mali.
 
Le Ministre a annoncé que les travaux comprennent l’étude, la fabrication, la fourniture, le transport, le montage, les essais et la mise en service des équipements nécessaires à l’électrification en MT/BT à partir des postes sources pour environ 121 localités, de 1000 habitants et plus ; situées au voisinage de la ligne dans un couloir de 20 km soit 10 km de part et d’autre de la ligne.
Au cours des débats, l’observation essentielle a porté sur la nécessité d’intégrer un article relatif à la protection des espèces migratoires.
Au terme des débats, le Conseil a apporté son soutien au Ministre et recommandé sous réserve de la prise en compte de l’observation formulée, l’approbation du projet d’interconnexion électrique 225 KV Guinée – Mali.
 
 A l’issue des débats sur les différentes questions suscitées, le Conseil a décidé ce qui suit :
 
1.   Le Conseil demande aux Ministres en charge de la Défense et de la Sécurité de préparer et programmer la réunion du Conseil Supérieur de la Défense Nationale.
 
2.    Le Conseil approuve le projet de Décret portant Attributions, Organisation et Fonctionnement du Fonds de l’Hydraulique, sous réserve de la prise en compte des observations formulées.
 
3. Le Conseil approuve le projet de Décret portant déclaration d’utilité publique des Zones couvertes par le projet d’interconnexion électrique 225 Kv Guinée-Mali, sous réserve de la prise en compte de l’observation formulée.
 
AU TITRE DES DIVERS     

Le Ministre d’Etat auprès de la Présidence chargé de la Défense a donné le programme des funérailles du Gendarme tué le 19 février 2018.
La Ministre du Plan et de la Coopération Internationale a informé de l’état d’avancement de la préparation du Rapport Annuel 2017 du Gouvernement.
 
Cellule de Communication du Gouvernement
Suite...
category
Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 15 février 2018 de 10h à 12h, avec l’ordre du jour suivant :
1. Message de son Excellence Monsieur le Président de la République
2. Compte rendu de la session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 14 février 2018;
3. Décisions ;
4. Divers.
Au titre du premier point de l’ordre du jour, Monsieur le Président de la République a invité la Ministre en charge de l’Agriculture à poursuivre les préparatifs de la journée de l’Agriculture avec les partenaires concernés par cet événement. Le Chef de l’Etat a insisté sur la nécessité d’effectuer des choix judicieux sur les thèmes à débattre à cette occasion, notamment en ce qui concerne les spéculations agricoles.
Le Chef de l’Etat a demandé au Gouvernement de veiller à apporter des réponses rapides aux demandes d’informations ou de facilités d’installation des investisseurs qui souhaitent ouvrir des unités industrielles en Guinée.
Le Président de la République a demandé au ministre du Budget d’accélérer la réforme de la Taxe foncière et de veiller à son recouvrement de façon optimale.
Le Chef de l’Etat a insisté pour que le processus de digitalisation des Finances publiques et de l’administration fiscale se poursuive. A cet effet, il a demandé qu’une réunion se tienne avec les acteurs concernés.
Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a introduit le compte rendu de la session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 14 février 2018.
Le Conseil a entendu successivement :
 
AU TITRE DE L’EXAMEN DE TEXTES
 
La Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts a soumis à examen le projet de Décret portant gestion écologique des Polychlorobiphényles (PCB), des appareils et matériaux contaminés aux PCB.
Elle a indiqué que ce projet de Décret est conforme aux recommandations du projet régional sur la gestion des PCB mis en place au terme de la validation des plans nationaux de la Convention de Stockholm qui prévoit le remplacement, la destruction et l’interdiction de tous les équipements contenant les polychlorobiphényles (PCB) d’ici 2028 avec pour objectif de protéger la santé humaine et l’environnement des effets néfastes des polluants organiques persistants.
La Ministre a signifié que le Projet Régional sur la gestion des PCB est piloté par le Centre Régional de la Convention de Bâle pour les pays francophones d’Afrique en collaboration avec le PNUE sur financement du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et d’autres partenaires.
Elle a informé que les inventaires nationaux des PCB effectués par la Guinée ont démontré leur existence dans le réseau électrique d’EDG. S’agissant des sociétés minières et industrielles, des mesures réglementaires doivent être prises pour éviter des catastrophes écologiques et sanitaires.
 
La Ministre a rappelé que notre pays a pris des engagements vis-à-vis de la communauté internationale de tout mettre en œuvre pour éviter toute pollution des milieux récepteurs et préserver la santé publique et l’environnement.
Elle a affirmé qu’il est requis que chaque pays participant au projet ait sa règlementation sur la gestion des PCB, cependant la Guinée n’a pas encore de règlementation spécifique ou de mécanisme administratif régissant les PCB. D’où l’élaboration de ce projet de Décret constitué de 40 articles repartis en 8 chapitres.
 
Au cours des débats, les observations ont essentiellement porté sur la nécessité de :
– Procéder au remplacement progressif des transformateurs existants sur le réseau EDG et à leur conditionnement en vue de leur élimination;
– Prévoir la mise en place d’un dispositif d’incinération des PCB ;
– Faire l’inventaire des PCB sur toute l’étendue du territoire national.
 
Au terme des débats, le conseil a recommandé, sous réserve de la prise en compte des observations formulées, l’approbation du projet de Décret portant gestion écologique des Polychlorobiphényles (PCB), des appareils et matériaux contaminés aux PCB.
Le Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée a soumis à examen le projet de Décret portant application des articles 127 ; 129 ; 131 et 180 du Code des Assurances de la République de Guinée relatifs à l’assurance des marchandises à l’importation.
A la demande du Ministre du Budget, ce dossier a été retiré pour consultation.
 
AU TITRE DES COMMUNICATIONS
 
La Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance a fait une communication relative à la célébration de la journée internationale de la femme le 08 mars 2018 et à la participation de la délégation guinéenne à la 62ème session de la Commission des Nations Unies sur la Condition de la Femme, du 12 au 24 mars 2018 à New York (USA). Elle a informé le Conseil des dispositions relatives à la célébration du 8 mars 2018, Journée Internationale de la Femme et à la participation de la Guinée à la 60ème de la commission des Nations Unies sur la Condition de la Femme, prévues à New York du 12 au 24 Mars 2018.
Elle a indiqué que dans le même contexte, le Conseil Economique et Social organise la session annuelle sur le statut de la femme, sous l’égide des Nations Unies.
La Ministre a précisé que les deux sessions servent de plate-forme mondiale pour évaluer et suivre les progrès accomplis par les Etats membres, dans la réalisation de l’agenda 2030 pour le développement durable, de l’agenda 2063 et de l’Acte constitutif de l’Union Africaine en matière d’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes. Elle a informé que le Ministère en charge de la Promotion Féminine a pris l’initiative de définir un thème national articulé autour des « Acquis, Défis et Perspectives de l’Autonomisation des Femmes à travers l’expérience des Mutuelles Financières des Femmes Africaines (MUFFA) en Guinée » en collaboration avec les représentants des Cellules Genres des Départements sectoriel, des Organisations de la Société Civile, des Organisations faitières et des partenaires au développement.
La Ministre a décliné les activités planifiées pour la célébration de la journée du 08 Mars 2018 en Guinée, comme suit :
· L’élaboration et la validation du rapport national sur l’expérience de la Guinée en matière d’autonomisation des femmes ;
· La réalisation d’une étude-diagnostic sur les MUFFA et son impact sur la promotion des activités économiques des femmes en Guinée ;
· L’organisation d’une mobilisation sociale de sensibilisation et de plaidoyer en vue de renforcer et encourager les initiatives d’autonomisation des femmes, en particulier celles vivant en milieu rural ;
· L’organisation d’une exposition-vente des produits de l’entreprenariat féminin, afin de mettre en évidence la dextérité des femmes dans différents domaines y compris celui du textile traditionnel guinéen ainsi que la présentation des projets sectoriels œuvrant dans le domaine de l’autonomisation des femmes ;
· La participation de la délégation guinéenne à la 62ème session de la Commission sur la Condition de la Femme à New York du 12 au 24 Mars 2018.
Elle a sollicité auprès des Départements sectoriels, leur contribution technique et financière pour la collecte des informations, l’obtention des tenues traditionnelles Made in Guinea en vue de promouvoir le label Guinée pour favoriser la croissance à travers le développement des activités génératrices de revenus des femmes teinturières et surtout la prise en charge des frais de voyage et de séjour à New York des représentants qui ont pris part activement aux travaux préparatoires des commissions constituées à cet effet.
Au cours des débats, les observations essentielles ont porté sur la nécessité de :
ü Travailler avec l’Office National du Tourisme pour une synergie d’actions ;
ü Poursuivre la sensibilisation et l’information des femmes à l’intérieur du pays sur le rôle et les facilités offertes par les MUFFA ;
ü Mettre en application les textes réglementaires relatifs aux violences faites aux femmes ;
ü Donner plus de visibilité à l’action de la femme afin de soutenir la politique publique en matière du genre;
ü Prévoir la délocalisation de la fête du 8 mars à l’intérieur du pays ;
ü Reprendre la célébration de la Journée Nationale de la Femme.
Au terme des débats, le Conseil a apporté son soutien à la Ministre et recommandé l’organisation de la célébration de la journée internationale de la femme le 08 mars 2018 et la participation de la délégation guinéenne à la 62ème session de la Commission des Nations Unies sur la Condition de la Femme, du 12 au 24 mars 2018 à New York (USA). Il a également invité la Ministre à prendre en compte les observations pertinentes formulées par le Conseil.
Le Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation a fait une communication relative à la modernisation du système informatique des examens nationaux.
Il a indiqué que l’objectif de la communication est de faire l’état des lieux de la gestion informatique des examens nationaux et proposer des pistes de solutions pour améliorer le fonctionnement général des examens nationaux du Service des Examens, Contrôle Scolaire et Orientation (SNESCO) afin de hisser sa performance au niveau des autres services examens de la sous-région.
Le Ministre a informé que le SNESCO est notamment confronté aux difficultés suivantes :
– L’insuffisance du réseau;
– La faiblesse des bases de données ;
– La difficulté de partage des dossiers ;
– La faiblesse du serveur et l’absence de connexion à Internet ;
– La faible capacité de maîtrise du logiciel par les utilisateurs ;
– Le manque d’équipements ;
– Le cas des faux diplômes ;
– La faiblesse des systèmes d’impressions des documents ci-après : sujets, diplômes, les listes de candidature, fiches de tables, cartes d’identités, résultats des examens.
Le Ministre a soutenu que cette modernisation permettra d’avoir de bons résultats, notamment : la sécurisation des examens, l’obtention des diplômes fiables, l’uniformisation de la gestion des Lycées par la « biométrisation » des élèves, le meilleur pilotage, l’impression automatisée des notes, listes et autres documents, la mise en confiance des universités vis-à-vis des nouveaux bacheliers.
Au cours des débats, les observations essentielles ont porté sur la nécessité de :
– S’assurer de la disponibilité des ressources humaines requises pour mettre en application le projet ;
– Procéder à un recadrage des termes de références du projet ;
– Impliquer tous les départements en charge de l’éducation dans le processus ;
– Faire une étude préalable du projet.
Au terme des débats, le Conseil a apporté son soutien à l’initiative et encouragé le Ministre à poursuivre les réflexions en prenant en compte les observations soulevées afin de s’assurer que le processus de modernisation du système informatique des examens nationaux soit sécurisé. Il a également invité le Ministre à faire des communications séparées l’une sur la modernisation du système informatique des examens nationaux et l’autre sur la sécurisation des diplômes.
 
AU TITRE DU COMPTE RENDU
 
Le Secrétaire Général des Affaires Religieuses a fait le compte rendu de sa mission en Arabie Saoudite, relative aux préparatifs du Hadj 2018.
Il a indiqué que le but de la mission était de tirer les leçons des opérations du pèlerinage 2017 et d’échanger avec les autorités Saoudiennes en charge du pèlerinage sur les modalités de la participation de la Guinée au Hadj 2018.
Le Secrétaire Général a informé que le quota retenu en faveur de la Guinée est de neuf (9000) pèlerins répartis comme suit : le SGAR 3000 et les Agences Privées 6000.
Conformément à l’article 1 de la convention qui lie les deux parties, ce quota est réservé uniquement aux pèlerins guinéens. La partie guinéenne n’est pas autorisée à octroyer un visa de ce quota à un étranger. Pour toute révision à la baisse de ce quota, les autorités guinéennes doivent saisir par écrit le Ministère Saoudien au plus tard le 13 juillet 2018. Le paiement des services généraux et du transport terrestre est effectué par le système électronique du Hadj.
Aux termes de ces échanges, les recommandations suivantes ont été formulées :
– Le maintien du système de transport amélioré « Tradudia » des pèlerins entre les sites religieux ;
– Le renforcement des mesures pour assurer le retour en Guinée de l’ensemble des pèlerins après l’accomplissement de leurs obligations religieuses pour éviter l’immigration clandestine ;
– Une meilleure gestion des lieux d’hébergement des pèlerins en vue d’assurer l’hygiène et la sécurité ;
– La sensibilisation des pèlerins à limiter leurs bagages à main non seulement à l’embarquement mais aussi dans l’avion ;
– Le paiement par approvisionnement du compte de la Guinée lié au système informatique des différentes cautions (hébergement, subsistance, transport) pour les 9000 pèlerins avant le démarrage de toutes les opérations ;
– La transmission à temps de la liste du Bureau guinéen de pèlerinage, le programme Aller/Retour des vols, l’adresse des logements des pèlerins et le respect du programme des Zamarats à Mina.
Le Secrétaire Général a informé de l’introduction de 5% de TVA et l’augmentation du prix du carburant à la pompe en Arabie Saoudite. Ces deux facteurs vont influer sur le prix du Hadj.
A l’issue de la mission, le Secrétariat Général des Affaires Religieuses recommande :
– L’organisation imminente des journées de réflexions en vue de l’amélioration des activités du Hadj 2018;
– Le choix du transporteur aérien à la date retenue ;
– La fixation du coût individuel du pèlerinage ;
– L’envoi d’une deuxième mission en Arabie Saoudite pour les dispositions d’ordre pratique avant l’envoi des pèlerins;
– L’ouverture des opérations au titre de l’année 2018.
 

Transmis par la Cellule de communication du gouvernement
Suite...
category

Poursuivant ses contacts à Washington, l'ambassadeur Yansané s'est entretenu ce lundi avec le Chef de Mission du Fonds Monétaire International Giorgia Albertin.

Les discussions entre les deux personnalités ont porté sur la poursuite du nouveau programme que le FMI a signé avec la Guinée en décembre dernier. Il s'agit d'un programme traitant de la Facilité Elargie de Crédit.

Il s'étale sur trois ans pour un montant d'environ 170 millions de dollars destiné à soutenir les réformes économiques intiées par le gouvernement guinéen. 

 

 

Cellule de Communication

Suite...
category

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) en Guinée a rendu publics dans la nuit de vendredi à samedi des résultats très partiels des élections locales du 4 février, portant sur 18 des 342 communes du pays.

Le président de la Céni, Amadou Salif Kébé, a fait observer une minute de silence à la mémoire des victimes des violences post-électorales, qui ont fait au moins sept morts, dont quatre mineurs, avant d'annoncer ces résultats au siège de la Commission.

M. Kébé a appelé les protagonistes à "faire preuve de fair-play politique et de sens des responsabilités". "Une élection est une compétition, ce n'est pas la guerre", a-t-il souligné.

La Céni a reçu les procès-verbaux de 263 communes sur 342, mais ne peut en proclamer qu'une fraction, les autres faisant l'objet de contentieux devant la justice, a-t-il expliqué.

Les autres résultats seront annoncés "au fur et à mesure", a ajouté le président de la Céni, sans autre indication.

Les résultats proclamés vendredi soir, portant sur deux communes urbaines du nord du pays, Koundara et Gaoual, ainsi que 16 communes rurales, ne permettent pas de dégager une tendance, mais confirment le poids du parti du président Alpha Condé et du chef de l'opposition, Cellou Dalein Diallo.

Ces élections communales étaient un "rendez-vous majeur", avec un double enjeu: celui de consolider la démocratie à la base et de renforcer la gouvernance locale, a estimé M. Kébé. Avec afp

 

Cellule de Communication
 

Suite...
category

Dans un décret lu ce vendredi 9 février sur les antennes de la RTG, le chef de l'Etat, Pr. Alpha Condé, a nommé son ancien Premier ministre Mohamed Said Fofana au poste de Médiateur de la République, en remplacement du Général Facinet Touré dont le mandat de 7 ans non renouvelable arrive à expiration.

Le Médiateur de la République a pour rôle de résoudre à l’amiable les différends opposant les citoyens aux administrations ou aux autres organismes chargés d’une mission de service public. En cela, il joue un rôle prépondérant dans le maintien de la paix et de la quiétude sociale dans le pays.

 

Cellule de Communication

 

Suite...
category

Le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger a animé ce mercredi 07 février 2018, une conférence de presse pour faire le point du bilan de la présidence du Chef de l’Etat Alpha Condé à la tête de l’Union Africaine. Cette conférence qui intervient moins d’une semaine après la fin du 30ème Sommet des Chefs d’Etat du continent a connu la présence du corps diplomatique accrédité en Guinée et des cadres du ministère des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger.
 
En effet, le Président guinéen Alpha Condé est aujourd’hui l’une des figures emblématiques de cette organisation panafricaine à travers l’offensive diplomatique qu’il aura menée tout long de son mandat pour l’unification des dirigeants du continent marqué par le retour du Maroc au sein de la grande famille de l’Union Africaine. Cette diplomatie a mis aujourd’hui le continent sur l’orbite et marqué le retour de la Guinée sur la scène internationale. C’est pourquoi face aux ambassadeurs des pays amis le ministre Mamadi Touré est largement revenu sur les principaux défis mais aussi les nombreux résultats obtenus par le Président Alpha Condé durant sa présidence.

Pour le ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger, le Président Alpha Condé quitte la présidence tournante de l’Union Africaine en laissant un grand héritage au continent. Si de nombreux observateurs parlaient d’un éclatement de l’instance africaine s’agissant de la question du retour du Royaume du Maroc au sein de la grande famille africaine, le Président Guinéen a fait preuve d’une sagesse en prêtant une oreille à tous ceux qui étaient catégorique sur le retour du Maroc pour réussir le retour de ce pays ami au sein de l’UA.   

Poursuivant, Mamadi Touré dira que les futurs Présidents de l’Union Africaine devront impérativement s’inspirer de l’engagement sans faille du Président Alpha Condé qui a fait entendre la voix du continent noir au quatre (04) coins du monde  en parlant au nom de l’Afrique pour défendre l’intérêt suprême de l’Afrique auprès de toutes les grandes puissances mondiale.
Pour finir, le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger a affirmé qu’avec l’héritage que lègue le Président Alpha Condé au continent l’heure n’est plus à la réflexion mais au travail pour obtenir des résultats afin de hisser très haut l’Union Africaine.
 

La Cellule de Communication du Gouvernement

Suite...
category
Une délégation de l'Agence américaine pour le développement international (USAID) et de Power Africa a été reçue ce mercredi par l'ambassadeur de Guinée aux Etats-Unis, SE. Kerfalla Yansané.
 
Conduite par Dr. Dwaine Lee, directeur en charge des question de l'Afrique de l'Ouest, et comprenant des représentants de Power Africa, cette équipe était venue discuter des possibilités d'investissement privé en Guinée dans le domaine de l'énergie.
 
A rappeler que Power Africa est une  initiative de l'ancien président américain Barack Obama. Elle vise à soutenir la croissance économique et le développement en augmentant l'accès à une énergie fiable, abordable et durable en Afrique.
 
 
Cellule de Communication
Suite...
category

Une semaine après sa prise de fonction, le nouvel ambassadeur de Giuinée aux Etats-Unis, Kerfalla Yansané, a rencontré ce samedi la communauté pour se présenter et transmettre le message personnel du chef de l'Etat, Pr. Alpha Condé. Un message portant sur l'unité et la cohésion entre les guinéens de la diaspora.

M. Yansané a mis l'occasion à profit pour évoquer un certain nombre de sujets. Outre la situation socio-politique du pays, il a notamment parlé de la contributrion de la diaspora à l'économie nationale, le respect des lois du pays hôte ainsi que l'épineuse question de l'immigration qui affecte des milliers de Guinéens aux Etats-Unis, au moment où l'administration Trump durcit le ton.

Sur cette question, l'ambassadeur Yansané a indiqué que le gouvernement guinéen est attentif à cette situation et que des démarches seront entreprises de manière à protéger les ressortissants du pays.

Le diplomate guinéen a par ailleurs réaffirmé la volonté du président Alpha Condé à raffermir les relations d'amitié et de coopération entre les Etats-Unis et la Guinée dans les domaines de l'agriculture et des mines. Il a également exprimé le désir que la Guinée, à l'instar de certains pays d'Afrique de l'ouest, puisse accéder aux avantages de l'Agoa et du Millennium Challenge Corporation et s'est dit déterminé à oeuvrer dans ce sens durant sa mission. 

 
Cellule de Communication
Suite...
category

Poursuivant ses contacts avec la communauté diplomatique africaine de Washington, l'ambassadeur Yansané a reçu jeudi son homologue du Sénégal Babacar Diagne. L'entretien s'est déroulé dans une athmosphère d'amitié et de fraternité, à l'image des liens historiques existant entre les deux pays.

La rencontre a permis aux deux diplomates d'évoquer un certain nombre de dossiers liés à la coopération entre les Etats-Unis et l'Afrique. A cet égard, ils ont réaffirmé leur volonté de travailler ensemble pour avancer la cause du continent.

Au sortir de l'audience, le diplomate sénégalais s'est prêté aux questions de la presse. Vidéo

Suite à cette audience, l'ambassadeur Yansané a poursuivi ses conctacts par une visite de courtoisie à son homologue du Togo Frederic Edem Hegbe. (photo)

 

Cellule de Communication

Suite...
category
Après avoir présenté ses Lettres de créance au président américain Donald Trump, la semaine dernière, Lettres par lesquelles Son Excellence Professeur ALPHA CONDE l’accrédite en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Guinée aux Etats-Unis, M. Kerfalla Yansané a rendu cette semaine une visite d'amité et de courtoisie à plusieurs de ses homologues africains.
 
Au cours des deux derniers jours, il a successivement rendu visite aux ambassadeurs Stevens de la Sierra Leone, Alidou du Niger (photo) et Moumbouli de la République du Congo. Au sortir des entretiens avec le diplomate congolais, qui est également doyen du corps diplomatique africain aux Etats-Unis, l'ambassadeur Yansané a déclaré: Vidéo
 
Par ailleurs, l'ambassadeur Yansané a reçu, dans l'après midi, des représentants d'organisations non gouvernementales guinéennes basées dans la zone métropolitaine de Washington.
 
Les échanges ont porté sur les voies et moyens visant à mettre à contribution ces organisations au développement socio-économique de la Guinée.
 
Cellule de Communication
 
Suite...
category

Le 30ème sommet de l’Union africaine (UA) ouvert hier dimanche poursuit ses travaux à Addis-Abeba (Ethiopie) avec à l’ordre du jour divers thèmes dont la lutte contre la corruption et les conflits en cours dans certains Etats membres de l’organisation panafricaine.

Ce sommet de deux jours se tient sur le thème: «Gagner la lutte contre la corruption: une voie durable vers la transformation de l’Afrique».

En plus d’essayer de résoudre les problèmes de corruption et de trouver des solutions aux conflits, les dirigeants africains vont délibèrer sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’Agenda 2063, le plan de développement pour l’Afrique.

Le sommet va aussi se pencher sur un certain nombre de questions, y compris les réformes institutionnelles de l’UA, le libre-échange continental et l’état de paix et de sécurité sur le continent.

Les dirigeants discuteront, entre autres, du rapport du président de la Commission de l’UA et celui sur la mise en œuvre des déclarations de l’Assemblée, notamment celui sur le marché unique du transport aérien en Afrique.

Le chef de l'Etat guinéen, Pr. Alpha Condé, est dans la capitale éthiopienne. Hier dimanche il a passé le témoin à son homologue rwandais Paul Kagame qui devient le nouveau président en exercice de l'Union africaine.

Suite...
category

Donald Trump a prié vendredi à Davos le dirigeant rwandais Paul Kagame, président de l'Union africaine, de transmettre "ses sentiments chaleureux" aux chefs d'Etat du continent, qui s'étaient récemment insurgés contre des propos "blessants" attribués au président américain.
L'UA, qui se réunit en sommet les 28 et 29 janvier dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, avait condamné mi-janvier les remarques "blessantes" et "dérangeantes" de Donald Trump à l'encontre de plusieurs nations africaines, qu'il aurait qualifiées de "pays de merde" dans des propos rapportés par des médias. Agence

 

Cellule de Communication

Suite...
category
C'est officiel! M. Kerfalla Yansané est devenu le 21ème ambassadeur de la République de Guinée aux Etats-Unis. Il a présenté ses lettres de créance au chef de l'exécutif américain Donald Trump ce mercredi 24 janvier en fin de matinée, lors d'une cérémonie qui incluait les ambassadeurs de six autres pays.
 
L'ambassadeur Yansané a rencontré le président Trump en audience privée pendant quelques  minutes au cours de laquelle il a réaffirmé la volonté du président Alpha Condé à raffermir les relations d'amitié et de coopération entre les Etats-Unis et la Guinée.
 
Pour sa part, M. Trump a félicité le chef de l'Etat guinéen pour son leadership exemplaire à la tête de l'Union africaine et n'a pas exclu une visite en Guinée lors d'une éventuelle tournée en Afrique.
 
Le nouvel ambassadeur de Guinée est un homme d'expérience familier du monde des finances internationales. Il a été, notamment, gouverneur de la Banque centrale pendant plusieurs années, sous la deuxième république et à trois reprises ministre dont deux fois aux Finances. D'abord dans le gouvernement de transition du Premier ministre Jean Marie Doré, puis reconduit par le président Alpha Condé après l'élection présidentielle de 2010.
 
Son passage à ce poste a été marqué par des réformes macro-économiques et des négociations intenses avec les institutions de Bretton Woods, à l'issue desquelles le pays a pu, pour la première fois, mener à terme le programme avec le Fonds monétaire international, bénéficiant ainsi de l'Allégement de la dette au titre de l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).
 
Ses efforts dans ce cadre lui ont permis d'être désigné meilleur ministre de l’Economie et des Finances d'Afrique en 2012, par le magazine African Banker.
 
A la faveur du remaniement ministériel de 2013, M. Yansané s'est vu confier un poste clef de l'économie du pays, celui des Mines et de la Géologie. A ce poste, l'ambassadeur Yansané a réussi à mettre en place un code minier plus attractif pour les investissements étrangers, en tenant compte des intérêts vitaux de son pays
 
C'est alors Ministre Conseiller à la Présidence de la République qu'il a été appelé à d'autres fonctions le 24 novembre dernier, celles de représenter la Guinée  en qualité d'ambassadeur auprès du gouvernement américain à Washington.
 
Sa nomination intervient au moment où les relations entre la Guinée et les Etats-Unis sont quelques peu assombries à cause des restrictions d'une catégorie de visa imposées au pays pour n'avoir pas été coopératif dans l'expulsion de ses ressortissants jugés indésirables aux Etats-Unis.
 
Lors de sa première prise de contact avec le Personnel de l'ambassade lundi 22 janvier, M. Yansané a mis l'occasion à profit pour évoquer certaines priorités de sa mission. Il a notamment parlé du renforcement des relations avec les institutions du gouvernement américain dont le Congrès, mais aussi les multilatérales, à savoir la Banque mondiale et le Fonds monétaire international.
 
Egalement à l'agenda de M. Yansané, la loi sur la croissance et les opportunités économiques en Afrique (AGOA) ainsi que le Millennium Challenge Corporation (MCC) qui, a t-il souligné, "sont des structures importantes" pour son gouvernement. De même l'épineuse question de l'immigration. Sur ce point précis, l'ambassadeur a indiqué qu'il restera attentif à la situation de sa communauté.
 
La Guinée a été le premier pays d'Afrique Francophone au sud du Sahara à établir les relations diplomatiques avec les Etats-Unis, au lendemain de son accession à l'indépendance de la France le 2 octobre 1958.
 
Septuagénaire diplômé de Sciences PO. de Paris, l'ambassadeur Yansané est marié et est père de deux enfants. Il devient le 21ème ambassadeur de la Guinée aux Etats-Unis. Il succède à l'ambassadeur Mamady Condé qui a quitté le territoire américain le 18 janvier dernier au terme de trois ans de mission.
 
Par Alsény Ben Bangoura
Cellule de Communication
 
Suite...
category

Le nouvel ambassadeur de  Guinée aux Etats-Unis, M. Kerfalla Yansané, a remis, ce mardi 23 janvier, les copies figurées de ses lettres de créance au chef du protocole du département d'Etat Sean Lawler.

Au cours de l'entretien très chaleureux, les deux diplomates ont réaffirmé l’importance de la relation entre la Guinée et les Etats-Unis. A ce titre, M. Yansané a exprimé le désir de son pays à approfondir la coopération dans les secteurs agricole et minier.

Ce mercredi 24 janvier, M. Yansané sera officiellement accrédité en qualité de nouvel ambassadeur de Guinée aux Etats-Unis après la présentation de la copie propre de ses lettres de créance au président Donald Trump lors d'une cérémonie à la Maison Blanche.

 

Cellule  de Communication

Suite...
category
Arrivé samedi dernier à Washington, l'ambassadeur désigné de la République de Guinée aux Etats-Unis, M. Kerfalla Yansané, a eu ses premiers contacts ce lundi 22 janvier avec le personnel de l'Ambassade pour échanger sur le fonctionnement de cette institution, l'une des premières de la diplomatie guinéenne.
 
M. Yansané, qui assumera officiellement ses fonctions mercredi après la présentation de ses lettres de créance au président Donald Trump, a mis l'occasion à profit pour évoquer certaines priorités de sa future mission.
 
Il a notamment parlé du renforcement des relations avec les institutions du gouvernement américain dont le Congrès, mais aussi les multilatérales, à savoir la Banque mondiale et le Fonds monétaire international.
 
Egalement à l'agenda de M. Yansané, la loi sur la croissance et les opportunités économiques en Afrique (AGOA) ainsi que le Millennium Challenge Corporation (MCC) qui, a t-il souligné, "sont des structures importantes" pour son gouvernement. De même l'épineuse question de l'immigration. Sur ce point précis, l'ambassadeur désigné a indiqué qu'il restera attentif à la situation de sa communauté.
 
Pour la réalisation de ces projets, M. Yansané a insisté sur le concours des services de l’ambassade de Guinée à Washington.
 
Ce mardi, l'ambassadeur désigné se rendra au département d'Etat où il présentera les copies figurées de ses lettres de créance aucours d'une cérémonie qui devait être suivie par un entretien bilatéral.
 
Service de Communication
Suite...
category
Le président de la République, Pr. Alpha Condé, a crée samedi 20 janvier, une unité spéciale chargée de la sécurisation des élections en Guinée, en remplacement de la Force Spéciale de Sécurisation du Processus Electoral ou FOSSEPEL, selon un décret lu sur les antennes de la Télévision d'Etat (RTG Koloma).
 
Placée sous la tutelle de la CENI (Commission électorale nationale indépendante), la FOSSEPEL est notamment chargée de sécuriser les lieux de meeting ou de manifestations publiques pendant la campagne électorale.
 
Elle a également pour mission de sécuriser les bureaux de vote, les candidats, les chefs des partis politiques et les démembrements de la CENI.
 
Dans un second décret, le général Ibrahima Baldé, haut commandant de la gendarmerie nationale et directeur de la Justice militaire, a été nommé commandant de l’unité spéciale de sécurisation des élections. Le directeur national de la sécurité publique, Mamadou Camara, a été nommé adjoint du général Ibrahima Baldé.
 
Suite...
category

Après trois ans de mission diplomatique, l'ex-ambassadeur de Guinée aux Etats-Unis, SE Mamady Condé, a quitté le territoire américain cet après midi du jeudi 18 janvier 2018 auréolé de succès.


Il a été salué à son départ de Dulles International Airport par le personnel de l'Ambassade avec lequel il a partagé son dernier repas, échangé de voeux et pris les dernières photos de souvenir.


M. Condé, ambassadeur de haut niveau et ancien ministre de la Communication, puis des Affaires étrangères à deux reprises, se félicite d'avoir contribué au renforcement des relations d'amitié et de coopération entre la Guinée et les Etats-Unis, et servi avec "honneur et dignité" le président de la République, Pr. Alpha Condé.


Alors que ses proches collaborateurs et la communauté guinéenne le félicitent d'avoir crée et entretenu un climat de bonne collaboration, l'ambassadeur Condé est également crédité de nombreuses réalisations parmi lesquelles figure notamment la rénovation complète de la chancellerie et de la résidence.Il s'agit là de deux édifices publics de l'Etat guinéen qui étaient en souffrance ici depuis belle lurette.

 

Les observateurs relèvent aussi avec satisafction sa gestion de la crise ebola au pays et l'épineuse question de l'immigration aux Etats-Unis, une situation qui affecte encore des milliers de guinéens.


Son successeur, M. Kerfalla Yansané, est attendu ce samedi, 20 janvier, dans la capitale fédérale. Celui-ci deviendra le 21ème Ambassadeur de Guinée aux Etats-Unis lorqu'il aura présenté ses lettres de créance le 24 janvier à la Maison Blanche. En attendant, c'est M. Karamo koita, Conseiller chargé des affaires politiques, qui assume l'intérim à la chancellerie.

Suite...
category
Le président de la République de Guinée, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a présidé, samedi, 13 janvier 2018, avec faste, au Stade M’Ballou Madou Diakité de Kankan, la célébration
de la fête de l’Indépendance nationale de son pays, rapporte le correspondant régional de l’AGP près le Gouvernorat de la Région Administrative (RA) de Kankan en Haute Guinée.

Entouré des membres du gouvernement, des représentants des institutions républicaines, du corps diplomatiques et d’autres hautes personnalités du pays, le président de la République, Pr Alpha Condé a mis l’occasion à profit, pour inaugurer plusieurs infrastructures sociales  de  base pour le bien-être des populations de Nabaya (Kankan).
 
Devant une foule nombreuse, venue des différents horizons du pays, le chef de l’Etat guinéen, situant le pays en trois phases de son histoire, «la Guinée d’hier, d’aujourd’hui   et   celle   de   demain»   a   placé   l’évènement  sous   le   signe   de «L’avènement d’une Guinée émergente dans un proche avenir».
 
Poursuivant son allocution, le président Condé, en toute éloquence, a indiqué que «le progrès se fait sentir depuis 2010, car le peuple de Guinée est désormais orienté  vers  le  développement  durable,  profitable à  tous  les  guinéens.  De  la promotion de l’agriculture, de l’industrie, de l’artisanat, de la promotion de la femme et de l’emploi des jeunes, des infrastructures routières et ferroviaires, de la   bonne   gouvernance   administrative   et   financière»,   a   mentionné   le   chef   de l’Etat.
 
Dans l’après-midi, ce 13 janvier, le président de la République, Pr Alpha Condé a  été  l’hôte  des  populations  de la  préfecture  Kouroussa,  où   plusieurs autres infrastructures ont été également inaugurées.AGP
Suite...
category

La Communauté guinéenne des Etats-Unis a dit “au revoir” à l’ambassadeur Condé ce dimanche, 7 janvier 2018, lors d’une cérémonie solennelle organisée en son honneur, dans un hôtel près de Washington où la quasi totalité des associations guinéennes du pays était représentée. Récit de Ben Bangoura

Suite...
category
Le Conseil   des Ministres  (CM) a tenu sa  Session  ordinaire, jeudi,   04   janvier   2018,   de   10h   à   12h  TU,   au Palais   Sèkhoutouréya, Sous la direction du président de  la  République,   chef de l’Etat, Pr. Alpha Condé, rapporte le porte-parole du gouvernement,  Albert   Damantang Camara, ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail (ETFP-ET).
Quatre (04) points étaient inscrits à l’ordre du jour de ce premier Conseil de l’année 2018.

1.  Message du  président  de  la  République;
 2.  Compte-rendu  de la  Sessionordinaire du Conseil interministériel tenue le 02 janvier 2018 ;
3. Décisions ; et
4. Divers.

Ce Conseil a adopté le projet de Décret sur la mise en place d’une procédure d’exportation de l’Or issu de l’exploitation industrielle et semi-industrielle.

A l’entame des travaux, le président de la République, Pr Alpha Condé a invité le gouvernement à assurer un suivi rigoureux des projets de construction de la route Coyah-Dabola, des nouveaux bâtiments de l’Université Sonfonia et de la ligne électrique d’interconnexion, Linsan-Fomi.
Il a insisté pour que le même suivi soit consacré d’une part aux appels d’offre pour la réhabilitation des barrages hydroélectriques de Garafiri, Banéah et des Grandes chutes, d’autre part aux constructions des Ecoles Régionales des Arts et Métiers.

A cet effet, le chef de l’Etat a annoncé que des moyens supplémentaires seront accordés au Ministère du Plan et de la Coopération Internationale (MPCI) pour collaborer directement avec les départements sectoriels porteurs de projets.Il a demandé la tenue d’une réunion regroupant les entreprises privées pour leur présenter   les   possibilités   de   financement   du   secteur   privé   offertes   par   les institutions telles que, Afreximbank, la SFI ou la BID. Les Ministères en charge de l’Industrie et des PME, des Finances, de l’Agriculture et l’APIP sont chargés d’organiser cette rencontre destinée à les inciter à profiter desdits financements et les accompagner dans le montage des projets y relatifs.

Le   président   de   la   République   a   instruit   le   ministre   en   charge   des  Affaires Etrangères et  des Guinéens de l’Etranger,  de préparer  a   réunion de   la Commission mixte paritaire qui doit se tenir avec les Emirats Arabes Unis du 03 au 05 mars 2018, et de prévoir une Commission mixte avec l’Arabie Saoudite et la Tunisie, puis, à terme, avec l’Angola et l’Afrique du Sud.

Pr   Alpha   Condé   a   demandé   aux   ministres   concernés,   d’accélérer   les négociations avec les différents partenaires identifiés pour  la construction de nouveaux dépôts de carburant destinés à augmenter les capacités de stockage du pays.
Il   est   ensuite   revenu   au  premier  ministre,   chef  du  gouvernement,  Mamady Youla,   d’introduire   le   compte-rendu   de   la   Session   ordinaire   du   Conseil interministériel tenue le 02 janvier dernier.

Au titre des examens de textes, le Conseil a entendu successivement:

Le ministre des Mines et de la Géologie (MG), Abdoulaye Magassouba qui a soumis le projet de Décret portant mise en place d’une procédure d’exportation de l’Or issu de l’exploitation industrielle et semi-industrielle. Il a présenté le projet de Décret proposé, qui comporte  quinze  (15) articles portant, notamment sur la réception et le transport du colis d’or, le titrage, le processus d’affinage de l’Or, le paiement de la taxe minière à l’exportation et la répartition des frais et commissions.

Le ministre des MG a précisé, qu’au-delà du vide juridique qu’il comble, ce projet   de   Décret,   préparé   en   collaboration   avec   les   services   de  la  Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG), permet d’établir la sincérité et l’intégrité   du   processus   d’exportation,   ainsi   que   la   maitrise   des   statistiques d’exportation.

Suite aux  débats   suscités,   le   Conseil   a   recommandé l’adoption du projet de Décret sous réserve de la prise en compte des observations.

La ministre des Travaux Publics (TP), Oumou Camara a, pour sa part, soumis en examen deux projets de Décrets. Le premier portant Statuts du Laboratoire du Bâtiment et des Travaux Publics (LBTP), le deuxième portant Statuts du Centre d’Appui et de Suivi des Entreprises Routières (CASER).

La ministre a affirmé, que pour réaliser ses différentes missions, le Ministère des Travaux Publics (MTP) s’appuie, à l’instar des autres pays de la sous-région, sur des structures techniques spécialisées, dont le Laboratoire du Bâtiment et des Travaux Publics (LBTP).
Concernant  le   deuxième   projet   de   Décret   portant   Statuts   du   CASER,   Mme Oumou Camara a déclaré, qu’à la faveur de l’existence des services chargés de l’ouverture et de l’entretien du réseau routier, seulement quelques entrepreneurs accèdent régulièrement aux marchés d’entretien, dont le montant avoisine les 200 milliards de francs guinéens.

Elle a indiqué, qu’un grand nombre de PME ne peut encore y participer faute de personnels   compétents,   d’équipements   de   travail  et   de  surfaces   financières suffisantes. Elle a rappelé, que c’est pour pallier ce problème qu’il a été créé en 2008, un service public, placé au sein du MTP spécialement chargé de la promotion des entreprises routières, en particulier des PME. Ce nouveau service a finalement pris le nom de Centre d’Appui et de Suivi des Entreprises   Routières   (CASER).   «Ledit   service   sera   essentiellement   chargé d’évaluer les capacités des PME et de leur délivrer des Agréments Techniques, d’assurer   le   perfectionnement   de   leur   personnel,   de   mettre   à   disposition   les équipements sous forme de location ou de location-vente et de constituer un fonds de garantie».
Au terme des débats, le Conseil a recommandé l’adoption du projet de Décret, sous réserve de la prise en compte des observations et amendements formulés.

Au titre de la communication, le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique (EH), Cheick Taliby Sylla  a fait une communication relative à la problématique de fourniture du carburant pour la desserte en électricité, précisant que la société, Electricité De Guinée (EDG) gère deux réseaux interconnectés. «Ces deux réseaux sont alimentés par une capacité totale installée de 572,4 MW  dont : 365,4 MW en hydraulique et 207 MW en thermique, pour une capacité utile de 433,4 MW. Le ministre a expliqué que les  éléments environnementaux qui impactent négativement le niveau de production des barrages hydroélectriques sont, entre autres, l’irrégularité de la pluviométrie, l’activité anthropique des populations détruisant le couvert végétal le long des cours d’eau et, de façon générale, le réchauffement climatique.
Selon lui, «la combinaison de ces éléments se traduit par l’installation précoce de  la   période   d’étiage,   d’où   le   recours   aux   centrales   thermiques   existantes comme c’est le cas actuellement». Cheick Taliby Sylla a informé : «En décembre 2017, la production thermique a représenté 50% de la production totale. Et cette part passera à environ 60% à partir   de   ce   mois   de   janvier   2018,   et   ce,   jusqu’à  juin  2018.   Ainsi,  la consommation de combustible HFO est estimée, pour 2018, à 1.061 milliards GNF contre 491 milliards GNF en 2017, soit une augmentation de 570 milliards GNF».

Le   ministre Sylla  a attiré l’attention  du  gouvernement  sur  le  fait   que, les créances   impayées  de   fourniture   d’HFO   à   EDG-IPP et   capitales   régionales avoisinent les 300 milliards GNF. En conséquence, le fournisseur principal de carburant,   Star   Oil   a   réduit   drastiquement   ses   approvisionnements   aux différentes centrales thermiques en service. «Ce qui se traduit par les délestages observés en ce moment sur les différents réseaux, allant jusqu’à 100 MW de puissance délestée». Il a averti: «Ce problème  des  créances  impayées  de Star Oil   continuera  de perturber la desserte si des solutions n’y sont pas apportées définitivement».

Des débats soulevés,  le Conseil a demandé au ministre de l’EH, de mettre en place   un   mécanisme   susceptible   d’instaurer   le   dialogue   entre   les   parties prenantes et les décideurs, afin de rehausser le niveau de prise de décisions en faveur   de   la   mise   en   œuvre,   avec   célérité,   des   conclusions   de   l’étude diagnostique portant sur le redressement de EDG.

A l’issue des débats sur les différentes questions suscitées, le Conseil a décidé ce
qui suit:

1. Le Conseil adopte le projet de Décret portant mise en place d’une procédure d’exportation de l’or issu de l’exploitation industrielle et semi-industrielle sous réserve de la prise en compte des observations formulées.
2.   Le Conseil   adopte   le   projet   de   Décret   portant   Statuts   du   Laboratoire   du Bâtiment et des Travaux Publics (LBTP) sous réserve de la prise en compte des observations formulées.
3. Le Conseil adopte le projet de Décret portant Statuts du Centre d’Appui et de Suivi des Entreprises Routières (CASER) sous réserve de la prise en compte des observations formulées.

Avant de lever la séance, le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé   a   annoncé   la   visite   du   ministre   italien   des   Affaires   Etrangères   pour vendredi, 05 janvier, à Conakry (Guinée).
Suite...
category

Suite à son installation officielle le 24 décembre dernier, le nouveau Bureau de la coordination de la Basse Côte de Washington a rendu samedi, 30 décembre, une visite de courtoisie à l'ambassadeur sortant, son Excellence Mamady Condé.

Conduit par sa présidente Fatou Conté, le Bureau était venu partager les objectifs poursuivis par la Basse Côte Washington et solliciter l'appui de l'Ambassade dans la réalisation de son programme.

Après avoir remercié ses visiteurs pour cette initiative, l'ambassadeur Condé a mis l'occasion à profit pour prêcher l'unité, l'entente et la concorde entre les Guinéens.

La Basse Côte est l'une des quatre coordinations régionales de la Guinée.

Par ailleurs, l'ambassadeur Condé a reçu dans la matinée de ce mardi 2 janvier le personnel de l'Ambassade de Guinée à Washington venu lui souhaiter les meilleurs voeux à l'occasion du Nouvel An 2018.

Suite...
category

A l'occasion du Nouvel An 2018 le chef de l'Etat, Pr. Alpha Condé, s'est adressé aux Guinéens, le dimanche 31 décembre, dans un message dont voici la teneur.


Guinéennes et Guinéens,
Mes chers compatriotes


En ce début de l’année 2018, je voudrai présenter à chacun d’entre vous, à vos familles ainsi qu’à tous vos proches, tous mes vœux de santé, de bonheur et de prospérité. Je souhaite à chacun d’entre vous, Guinéens de l’Intérieur, comme del’Extérieur, une vie meilleure, en espérant que ceux qui connaissent des moments difficiles, surmontent toutes les épreuves dans la paix et la dignité. Aux ressortissants des pays frères et amis qui ont choisi de vivre chez nous, j’adresse mes meilleurs vœux et je veux les rassurer de notre traditionnelle hospitalité.


Ces vœux s’adressent également à nos forces de défense et de sécurité qui sont dévouées à la protection de notre territoireet contribuent avec courage, aux côtés de leurs frères d’armes de la Minusma, au rétablissement de la paix et de la sécurité dans notre région. La nouvelle année marque le soixantième anniversaire de notre indépendance nationale, acquise après le vote historique du 28 septembre 1958, qui a conduit notre pays à la souveraineté internationale et fait de notre peuple, une communauté profondément attachée à la liberté et à la construction de l’unité africaine. Je suis fier de partager avec vous, la célébration de cette période de notre histoire, au moment où je m’apprête à transmettre le flambeau de la présidence en exercice de l’Union Africaine.


Cette présidence de l’Union Africaine a permis à notre pays de hisser très haut, la vision que notre continent a sur les grandes causes du moment que sont, la paix, les luttes contre le terrorisme, le péril climatique, ainsi que l’engagement qu’il a pour un développement économique centré sur l’amélioration des conditions de vie de nos populations. Les périls humains  auxquels sont exposées certaines de nos populations qui bravent  les mers, au risque de leurs vies, nous interpellent, surtout lorsque s’étale sous  nos yeux, le drame du trafic d’êtres humains dévoilé récemment en Libye et qui mobilise notre conscience d’africain et de citoyen du monde.


Guinéennes et Guinéens,


Dans quelques semaines, nos citoyens participeront à de nouvelles consultations électorales avec la tenue des élections communales que je souhaite consensuelles et apaisées. J’encourage la classe politique à garder le cap sur les points de convergence qui peuvent aider notre pays à privilégier la défense de l’intérêt général et le respect de nos lois, face à certaines manifestations injustifiées qui sont susceptibles de troubler l’ordre public et la quiétude de nos villes et campagnes.


Le dialogue politique ouvert en 2011, nous a permis de franchir des étapes, avant d’arriver à l’accord conclu le 20 août 2015 et revisité en 2016, avec pour principal contenu: une réforme partielle de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), ainsi que la révision du code électoral soumise à l’Assemblée nationale. Il faut également noter l’adoption du code général des collectivités locales, la libération de toutes les personnes interpellées dans le cadre des manifestations publiques. L’identification et la poursuite des auteurs des violences durant les manifestations politiques sont en cours.

 

L’inscription d’un taux forfaitaire dans la Loi des Finances 2017 en faveur des victimes concernées par les manifestations politiques est également engagée. A ce propos,nous avons une pensée à l'endroit des victimes des violences politiques d'avant l'indépendance jusqu'aujourd'hui. C’est dans ce sens que j’invite le Gouvernement et les partis politiques à poursuivre le dialogue et à se pencher sur toutes les réformes futures susceptibles de préserver et d’améliorer nos acquis démocratiques, notre stabilité et notre volonté de vivre ensemble. L’année 2017 s’achève avec un bilan économique prometteur pour notre pays.


En plus des  changements économiques, un cadre attractif a été créé pour favoriser les investissements extérieurs. Notre économie a progressé de 10 points dans le classement du doing business, elle est également classée par la Banque Mondiale, parmi les cinq pays qui se distinguent sur le plan de la compétitivité. Avec un taux de croissance économique de plus de 6%, un déficit budgétaire contenu, le taux d’inflation est  aujourd’hui passé de 21 % à 8%. Cette  année, notre budget   2018 connaitra une forte augmentation du poste d’investissement par rapport à 2017.

 

Mes chers compatriotes


Notre pays est porteur de nombreux projets économiques depuis la conclusion avec le Fonds monétaire international (FMI) d’un accord au mois de décembre 2017. Ce dernier inaugure un nouveau programme de facilité élargie de crédit par lequel, la Guinée a la possibilité d'obtenir des prêts non concessionnels à hauteur de 650 millions de dollars, en complément d’autres financements identifiés pour le plan triennal 2017-2020. Un financement de projets prioritaires de 20 milliards de dollars a été également conclu en septembre 2017, avec la Chine, sur une durée de 20 ans. Il concerne les infrastructures et les secteurs vitaux de notre économie. Trois milliards seront déjà disponibles dès 2018, pour la construction de la route Coyah-Mamou-Dabola, l’assainissement des voiries de Conakry, la construction de la première université sur les quatre prévues. Sont également programmés le financement de la ligne de transmission électrique Linsan-Fomi, l’extension du port de Conakry et la construction du barrage hydro électrique de Souapiti.


Dans le domaine économique et social, à la réunion du 16 novembre dernier à Paris, du groupe  consultatif  pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES), la Guinée s’est vu accorder 21 milliards de dollars de promesses d’engagement en lieu et place des 14 milliards attendus.


Après   24  années  de  fermeture,  l’usine militaire de confection de tenues va s’ouvrir au camp Alpha Yaya, avec un coût de réalisation de 32 millions de dollars et la création de 1558 emplois.Des investissements importants destinés à soutenir le monde rural seront faits dans le domaine de l’agriculture afin de diversifier notre potentiel agricole et nos variétés de culture L’accent est mis sur la culture de la noix de cajou, du café, du   cacao,  du  sésame  de  l'huile  de  palme. Les aménagements des espaces cultivables pour le riz, ont été d’ores et déjà engagés pour réduire notre dépendance extérieure.


A la  faveur de   notre  politique  minière,   d’importants  investissements  ont  été réalisés dans ce secteur, notamment, dans la mise en exploitation d’une nouvelle mine de bauxite à Boké, promue au rang de zone économique. La construction d’un terminal  à conteneurs dans le port de Kamsar et la rénovation des infrastructures ferroviaires  sont  également  projetées. Ces réalisations seront achevées en   2020. Elles  font  aujourd’hui de notre pays, un des plus grands producteurs de bauxite au monde. Plus de deux  milliards de dollars d’investissement sont prévus pour  les prochaines années. Par ailleurs, des programmes d’électrification des communes rurales et  la valorisation des énergies renouvelables, sont en cours d’exécution.

 

Guinéennes et Guinéens


Notre programme national de développement   économique et social s’exerce aujourd’hui dans un contexte politique serein. Cette gouvernance confirme notre ancrage dans la démocratie, qui est la base de notre stabilité politique. A ce jour, toutes les institutions prévues par la constitution, ont été mises en place. Nous poursuivrons la réforme des forces de défense et de sécurité, qui a permis de rapprocher les services de sécurité des populations et a changé radicalement l’image des forces de défense et de sécurité dans l’opinion nationale.

Par ailleurs les états généraux de la sécurité routière, et la tenue de la semaine nationale de la citoyenneté ont contribué à renforcer le civisme et le respect de la loi. Dans cet esprit, la réforme de la justice a été amorcée dès 2011. Elle a pour objectifs  de rapprocher la justice du citoyen, de crédibiliser  le système judiciaire, et de créer un environnement judiciaire favorable conforme à un état de droit. La Guinée dispose d’un cadre institutionnel propice à l’exercice des libertés, comme   celle   de  la   presse,  avec   une   loi   qui   dépénalise   les   délits   de   presse.

L’existence d'une institution indépendante de régulation composée de responsables des associations de presse s’inscrit dans ce cadre. J’encourage la presse publique et privée à continuer d’œuvrer pour la défense de nos valeurs démocratiques, dans le respect de nos lois et règlements, afin de mieux asseoir notre démocratie.

 

Guinéennes et Guinéens, mes chers compatriotes


La  promotion de la femme est un axe essentiel de la politique sociale du Gouvernement. Je  voudrai à ce titre, rappeler que de nombreuses initiatives destinées à promouvoir l’autonomisation des femmes sur le plan économique ont été prises. Une banque de micro finance destinée aux femmes a été mise sur pied sur l’ensemble du territoire   national. Cette banque permet aux femmes d’accéder à des ressources avec des   conditions avantageuses. Des investissements importants ont été réalisés pour promouvoir des activités dans l’artisanat, le maraîchage et la teinture. Ainsi que dans le développement de la filière du beurre de karité, le miel et le fonio. La politique de promotion de la femme a intégré la dimension du genre dans l’accès aux postes de décision. Une direction Genre et Equité a été créée au sein de tous les départements ministériels. Par ailleurs la lutte contre les mutilations génitales féminines constitue une priorité dans la politique de protection de l’intégrité physique de la femme. La scolarisation et le maintien de la jeune fille à l’école, la lutte contre le mariage précoce s’inscrivent dans le même esprit.

 

Guinéennes et guinéens


Je voudrai surtout m’adresser aux jeunes qui   occupent  une place importante dans notre projet de société et dans les investissements à venir. Un ensemble de projets sera mis en œuvre dès ce mois de janvier 2018, conformément à la volonté de l’Union Africaine de consacrer la nouvelle année au thème « investir dans la jeunesse». Un des actes importants posés pour la promotion des jeunes est l’élaboration de la politique d’insertion dans le circuit de l’économie nationale. Un programme national doté d’un fonds important a été mis en œuvre pour permettre aux jeunes de créer des entreprises et de faciliter leur accès aux nouvelles technologies. Des maisons de jeunes, équipées de matériels informatiques ont été construites dans les communes de la capitale. Des centres multifonctionnels sont en cours d’édification à Conakry.


Une politique volontariste en matière de santé publique a été mise en œuvre pour inverser les tendances observées dans ce domaine en Guinée. Le taux de couverture vaccinale est presque complet. Il en est de même du nombre de centres de santé communautaire et  de  structures préfectorales qui se sont accrues. Nous avons également amélioré la capacité nationale de riposte aux épidémies.


Dans le domaine de l’éducation nationale, une réforme en profondeur est en cours avec l’organisation des états généraux dans ce domaine,   prévue prochainement. Dans un premier temps, les efforts ont été concentrés sur les formations de base. Près de 10.000 classes ont été construites dans l’ensemble du pays. Plus de 5.000 enseignants ont été recrutés. Le recensement biométrique et l’introduction   du   traitement informatique des dossiers d’orientation et de gestion des étudiants ont contribué à une meilleure maitrise des effectifs dans l’enseignement supérieur. Le système national d’enseignement s’oriente de plus en plus vers la prise en compte de l’adéquation entre formation et emploi et celle des attentes des employeurs. Un accent particulier a été mis sur l’enseignement technique, avec entre autres, la construction de nouveaux centres de formation.


Nous allons doter nos forces de sécurité de moyens conséquents leur permettantde mettre fin à l'insécurité et au grand banditisme. Je   souhaite que l’année nouvelle soit pour  nous  tous, une occasion d’offrir encore à notre pays, le meilleur de nous-mêmes.

 

A tous et à toutes, je souhaite une bonne et heureuse année 2018
    

Suite...
category
Le Conseil des ministres a tenu sa Session ordinaire, jeudi, 28 décembre 2017, au Palais Sèkhoutouréya à Conakry, de 10h à 12h TU, sous la présidence du président de la République,   chef   de   l’Etat,   Pr   Alpha   Condé, rapporte le porte-parole du gouvernement, Albert Damantang Camara, ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail.
Elle s’est tenue autour de quatre points à son ordre du jour: 
1. Message du président de la République;
2. Compte-rendu de la Session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 26 décembre 2017;
3. Décisions; et 4. Divers.
Le Conseil a, dans les décisions, approuvé la Convention de base de la Société TBEA Group, présentée par le ministre des Mines et de la Géologie (MG), Abdoulaye Magassouba.
Auparavant,   dans   le   premier   point   de   l’ordre   du   jour,   le   président   de   la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a demandé au gouvernement, d’être vigilant sur le potentiel de pollution des sources d’énergie qui doivent alimenter les différents projets, notamment dans le secteur minier.
Le chef de l’Etat a instruit les départements concernés de prendre toutes les dispositions avant la fin de l’année, pour proroger ou réorienter les différents projets qui souffrent d’un retard d’exécution.
Le   président   de   la  République  a  rappelé   la   nécessité   de   réguler   le dysfonctionnement   qui   consiste,   pour   des   cadres   de   la   Fonction   publique (notamment dans les secteurs de la Santé et de l’Enseignement), à exercer dans des structures privées au détriment de leur mission de service public.
Le chef de l’Etat a insisté auprès du ministre en charge du Travail, pour que des contrôles   stricts   soient   effectués   auprès   des   entreprises,   afin   de   vérifier   et sanctionner les manquements aux règles d’immatriculation à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), aux normes de santé et sécurité sur les lieux de travail et aux procédures de licenciement.
Pr Alpha Condé   a  demandé  aux   ministres  en  charge  des Transports et des Finances de procéder, dans les meilleurs délais, au règlement des droits des travailleurs de la SOTRAGUI, avant la relance du nouveau service de transport public.
Il a instruit le ministre de la Santé, de se mettre en rapport avec son homologue en charge de la Fonction publique pour l’engagement des médecins remplissant les conditions d’engagement  sur titre, afin de les affecter en province pour renforcer les structures locales de Santé.
Ensuite, le premier ministre, chef du gouvernement, Mamady Youla a introduit le compte-rendu de la Session ordinaire du Conseil interministériel, tenue mardi, 26 décembre dernier.
Le Conseil a ainsi entendu successivement  la ministre de l’Economie et des Finances, Malado Kaba,  qui a fait une communication relative au processus d’opérationnalisation du Compte Unique du Trésor (CUT).
Elle a précisé que la Trésorerie publique est incarnée par le CUT conformément au principe   de   l’unité   de   la   trésorerie   consacrée   par   l’article   43   de   la Loi Organique relative aux Lois de Finances (LOLF) et les articles 35, 36, 37, 40, 116 du Règlement  Général de la Gestion  Budgétaire   et   de  la  Comptabilité Publique (RGGBCP).
La ministre a révélé, que la gestion des finances publiques est restée longtemps caractérisée par une fragmentation de la trésorerie publique qui s’est accentuée au fil des années par des pratiques qui émiettent la trésorerie publique et sont contraires à la législation.
Elle a affirmé, que le CUT est une structure unifiée des comptes bancaires des Administrations Publiques, opérée par le Trésor, donnant une vue consolidée des liquidités   disponibles   et   permettant   leur   fongibilité.   Le   Compte   Unique   du Trésor présente des avantages aussi bien pour le Trésor Public que pour les secteurs.
«A date, la réalisation du CUT se trouve confrontée à un certain nombre de difficultés   parmi   lesquelles,   l’existence   dans   les   livres   des   banques commerciales, de comptes d’entités publiques n’ayant pas le droit d’en ouvrir, avec parfois des positions débitrices au mépris de la convention liant le Trésor Public, la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) et les banques commerciales;  la multiplicité  de   comptes de  disponibilités   pour  une même entité publique,  voire  pour un  même poste comptable dans les livres de la Banque   Centrale   et   des   banques   commerciales; l’ouverture   de   comptes de dépôts directement dans les livres de la BCRG, alors qu’ils doivent être tenus dans les écritures du Trésor Public où leurs opérations seront individualisées», a cité la ministre».
Au cours  des débats,  les  observations  essentielles  ont  porté  sur la nécessité d’ouvrir les Bons du Trésor au public, d’approfondir la réflexion concernant les sociétés qui ont des activités purement  commerciales afin de  préserver leur situation de concurrence, de faire la part entre les déposants au CUT et les déposants à la BCRG et non dans le CUT, de prendre des textes d’application de la Loi Organique relative aux Lois des Finances.
De   son   côté,   le   ministre   des   Mines   et   de   la   Géologie   (MG),   Abdoulaye Magassouba a fait une communication relative au projet de Convention Minière entre la République de Guinée et la Société TBEA Group CO. LTD.
Il a déclaré que la société TBEA est une société de droit privé chinoise cotée en Bourse,  basée  dans  la  zone de  développement  pour  les  hautes  et nouvelles technologies, dans la ville d’Urumqi (Xinjiang, République Populaire de Chine).
La   société   évolue   dans   l’exploitation   minière,   la   production   industrielle (aluminium   et   produits   dérivés),   dans   la   production   d’électricité et d’équipements électriques, a fait savoir le ministre. Il   a   informé,   que   la   société   TBEA Group   Co.   Ltd   désire,   à   travers   cette convention de base, exploiter et valoriser les ressources bauxitiques (notamment le   bloc   dit   de   Santou   Nord   et   des   périmètres   de   recherche   de   ressources additionnelles) situées dans les préfectures de Boffa, Télémélé et Boké. Il a souligné, que le projet que la société entend réaliser, au terme de cette Convention de base, est ambitieux et stratégique pour la République de Guinée, parce qu’il porte sur le développement par phases sur le territoire de la Guinée d’une chaine de production intégrée de la bauxite à l’aluminium, assortie d’infrastructures portuaires, énergétiques et ferroviaires et d’une zone industrielle multi-activités et multi-secteurs.
Le ministre a expliqué:
«Au cours de la première phase du projet, la société TBEA procèdera à la construction et à l’exploitation d’une mine de bauxite d’une   capacité   initiale   de 10 millions de tonnes par an, d’une raffinerie d’alumine   d’une   capacité   d’1   million   de   tonnes par an, d’une fonderie d’aluminium d’une capacité   de   200.000 tonnes par an et  d’une centrale thermique avec une capacité initiale de 75 mégawatts, ainsi que la centrale hydroélectrique d’Amaria (300 MW).
La date de démarrage de la production de bauxite a été fixée au 30 juin 2019, et celle de l’alumine au 30 juin 2021. La mise en service de cette fonderie est attendue dans un délai de 07 ans et demi à compter de l’entrée en vigueur de la convention de base. La centrale thermique, la centrale hydroélectrique et le port à réaliser par TBEA au cours de cette phase initiale seront accessibles aux tiers.
Plusieurs phases additionnelles portant sur la réalisation d’autres infrastructures transformatrices sont prévues pour la République de Guinée. Si la réalisation de ces phases additionnelles nécessite la conclusion d’accords complémentaires entre la République de Guinée et TBEA, un certain nombre de principes fondateurs doivent être dès à présent actés par la convention de base».
Le ministre des MG a noté l’engagement de  l’investisseur à réaliser un Investissement Initial d’un montant de deux milliards huit-cent quatre-vingt-dix millions   de   dollars   (2 890 000 000 USD).   «Au-regard   de  l’ampleur des investissements et de l’engagement de la société, il a été accepté de favoriser un tel investissement par la mise en place de mesures spécifiques d’incitations fiscales et  d’accompagnement à travers  un  Comité d’Appui et  de   Suivi du Projet».
Abdoulaye Magassouba a rassuré : «Les droits spécifiques que le Code minier accorde à la Guinée afin de favoriser l’impact positif des projets miniers sur l’économie nationale, ont été préservés. En effet, la Société s’engage à appliquer l’ensemble   des   normes   et   pratiques   environnementales.   Les droits de commercialisation et participation de l’État sont également préservés. La société entend créer plus de 10 000 emplois locaux directs et indirects».
Le ministre de la Santé, Dr Abdourahamane Diallo a fait une communication relative à l’Audit institutionnel, organisationnel et fonctionnel du Ministère de la Santé.
Il a rappelé que la Guinée a subi l’épidémie de la maladie à virus Ebola de 2014 à 2016 et qui a dévoilé les faiblesses de son système de santé. Ce qui a conduit le gouvernement, en collaboration avec ses partenaires, à élaborer la nouvelle Politique Nationale de la Santé (PNS) et le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS 2015-2024).
C’est dans ce cadre que le ministre de la Santé a fait le choix d’organiser l’audit institutionnel, organisationnel et fonctionnel du Ministère de la Santé en 2016, afin d’adapter ses fonctions au contexte changeant (offre, demande, besoin).Il a informé que l’équipe d’auditeurs était composée de 07 experts nationaux, 05 experts   internationaux   et   spécialistes   en   développement   organisationnel, finances, ressources humaines, juriste, santé publique, administration. L’audit a été financé par l’UE et l’USAID.
 Le ministre a annoncé, que la méthodologie adoptée consiste à la mise en place d’un   Comité   de   pilotage   pour   l’orientation   de   la   mission,   l’élaboration la validation des TDR et outils de collecte de données et la phase d’investigation.
Les ateliers régionaux de restitution et de partage ont été organisés avec les responsables régionaux, préfectoraux et communaux. Une feuille de route pour la mise en œuvre des recommandations a également été élaborée. Il a indiqué, que des constats ont été enregistrés lors de l’audit, notamment «la faible performance globale du système de santé, la gouvernance inappropriée, la gestion   des   ressources   humaines   inefficace, le   financement de la santé inadéquat, le secteur pharmaceutique peu performant, les   infrastructures   et équipements vétustes, et le système d’information sanitaire déficient».
Le ministre a indiqué, que la mise en œuvre de certaines recommandations de l’Audit est en cours, conformément à la feuille de route.
Au cours des débats, les observations ont porté sur la nécessité de réguler le secteur de la pharmacie, la nécessité de la prise en charge des résultats de cet audit pour la réforme de l’Administration de la Santé.
Au terme des débats, le Conseil encourage le ministre à poursuivre les efforts de réforme, en vue de l’utilisation rationnelle des ressources humaines dans la gestion des structures sanitaires du pays.
A l’issue des débats sur les différentes questions suscitées, le Conseil a décidé ce
qui suit :
1. Le Conseil apporte son soutien à Madame la Ministre des Finances et l’invite à finaliser les réformes relatives à l’opérationnalisation effective du Compte Unique du Trésor.
2.   Le Conseil approuve la  convention de base de la Société TBEA Group présentée par le Ministre des Mines et de la Géologie.
Dans les  divers,  le ministre de l’Industrie, des PME et de la Promotion du Secteur Privé, Boubacar Barry a informé d’un accident de travail survenu aux Grands Moulins de Conakry, ayant causé la mort de trois travailleurs.
 
Le   ministre, porte-parole du gouvernement, Albert   Damantang Camara a informé   du   décès   de   Mohamed   Camara,   membre   de   la   Cellule   de
Communication du gouvernement, survenu dimanche, 24 décembre 2017, suite à un accident de la circulation.
Avant de lever la séance, le président de la République, chef de l’Etat a donné de larges informations sur actualité africaine et internationale.
Suite...
category

Le président  de la République, Pr Alpha Condé a procédé, dans la matinée du mercredi, 27 décembre  2017,  à  l’inauguration  d’un bâtiment flambant  neuf, abritant désormais le Ministère de la Justice, Garde des Sceaux (MJGS), au quartier Almamya dans la presqu’île de Kaloum, a suivi l’AGP.

Il s’agit d’un bâtiment de quatre niveaux, qui va accueillir près d’une centaine de salariés de l’Etat. Il représente un investissement de 40 milliards 280 millions 327 mille 036 francs guinéens, entièrement financé par le Budget National de

Développement (BND).

Prenant la parole pour son discours inaugural, le président de la République, Pr. Alpha Condé, a rappelé que pendant longtemps le MJGS a été hébergé par la Cour d’Appel de Conakry, ce qui est une anomalie totale, car, dit-il, ça veut nous dire qu’il n’y a pas d’indépendance de la Justice si la Chancellerie se trouve avec la Cour d’Appel.

«Cette inauguration met fin à cette anomalie», a rassuré le chef de l’Etat.

Selon lui, ce n’est pas étonnant. Je vous ai dit lorsque j’ai été élu, que j’ai hérité d’un pays pas d’un Etat. «Depuis 2011 nous sommes attelés à la transformation de la justice guinéenne, qui a abouti à la création du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM). Il y a eu beaucoup de progrès, mais il reste encore beaucoup à faire, car la lutte contre la corruption doit continuer. Beaucoup de juges ont un comportement indigne de la robe qu’ils portent, plus le sermon qu’ils ont prêté», a martelé le chef de l'Etat. Il s'est tout de même félicité d’avoir un bâtiment de ce gabarit permettant de séparer éellement l’exécutif du pouvoir  udiciaire, parce que, d’après lui, avec la cohabitation il n’y a pas d’indépendance.

t«La cohabitation amène une certaine confusion», a-t-il opiné. «Nous allons faire en sorte que la Cour d’Appel qui, pendant longtemps a abrité la Chancellerie, puisse aussi bénéficier d’un immeuble si moderne. Et je prends l’engagement au niveau de la Cour d’Appel», a promis le chef de l’Etat.

Pour le ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Me Cheick Sako, très ravi de ce cadeau de fin d’année, «cette nouvelle Chancellerie n’estime pas seulement géographiquement bien située, encore remarquablement construite, elle est aussi hautement symbolique et porteuse d’espoir». AGP

Nomination du ministre de l'Agriculture

Peu apès l'inauguration du nouveau siège du Ministère de la Justice, le président de la République a procédé à la nomination d'un nouveau ministre au département de l'Agriculture. Il s'agit de Madame Mariama Camara, pécédemment directrice générale de la SOGUIPAH (Société Guinéenne du Palmier à huile et hévéa). Elle remplace ainsi Madame Jacqueline Sultan limogée en septembre dernier.

Dans un autre décret présidentiel, le ministre Secrétaire général de la Présidence de la République Naby Kiridi Bangoura s'est vu, cumulativement, confier la coordination des réformes et des programmes de développement du secteur rural.

 

Suite...
category

Le Conseil des ministres de la Guinée a tenu sa Session ordinaire, jeudi, 21 décembre 2017, de 10h à 12h TU, au Palais Sèkhoutouréya à Conakry, sous la présidence du président de  la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé,rapporte le porte-parole du gouvernement, Albert Damantang Camara.

 ·         Le Conseil s’est tenu autour de l'ordre du jour suivant :

·          1. Message du president de   la   République ;

·           2.   Compte   rendu   des   Sessions   ordinaires   du   Conseil

interministériel tenues les 12 et 19 décembre 2017 ;

3. Décisions ; et 4. Divers.

·         A travers les décisions prises, le Conseil a demandé aux Ministères concernés de prendre les mesures nécessaires pour déconcentrer le système de passation des marchés publics. Cette nouvelle procédure doit permettre que ces opérations se déroulent désormais au sein des départements ministériels sous la supervision​ d’une structure de contrôle et de suivi.

Il a demandé au ministre en charge des Mines, en relation avec le Ministère de la Communication, le Gouvernorat de Conakry et les services de Sécurité, de faire​ libérer les emprises de la voie ferroviaire en commençant par une campagne de sensibilisation.

Auparavant, le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a félicité la ministre du Plan et de la Coopération Internationale (PCI), pour les résultats significatifs de la réunion du Groupe consultatif, tenue à Paris (France) les 16 et 17 novembre 2017.

Le chef de l’Etat a insisté pour que les mécanismes de passation des marchés publics  soient   améliorés,  afin   de  permettre   une   plus   grande absorption des sommes qui ont été collectées à cette occasion.

Le président de la République a demandé aux ministres en charge de la Sécurité et de la   Défense,   de   mettre   à   profit   les   nouvelles dotations en matériel et équipements pour éradiquer le grand banditisme, caractérisé ces derniers temps par des enlèvements contre rançon.Il a invité le ministre en charge de l’Urbanisme, à vérifier systématiquement quees nouvelles constructions à Conakry sont compatibles avec le Projet Conakry 2040.

Le président de la République a demandé au ministre en charge des Transports,​de veiller à ce que la Guinée soit en conformité avec les règles de l’IATA.

Il est ensuite revenu au premier   ministre, chef  du gouvernement, Mamady Youla, d’introduire le compte-rendu des Sessions ordinaires du Conseil interministériel, tenues les 12 et 19 décembre dernier.

Le Conseil a ainsi entendu successivement pour la Session du 12 décembre, le compte-rendu de mission du ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de

l’Etranger, relatif aux travaux de la Commission Mixte de Coopération Guinée-Algérie, tenue du 04 au 05 décembre.

·          Il a informé le Conseil des entretiens et audience qu’il a eus avec les autorités algériennes,   qui   ont   porté   sur   des   questions   d’intérêts   communs   aux   plans

·          bilatéral, continental et international.

Au cours des rencontres, il a été également évoqué la nécessité de renforcer la coopération bilatérale et d’œuvrer à instituer entre la Guinée et l’Algérie des consultations régulières, afin de promouvoir une concertation bilatérale efficace et un appui international approprié en vue de garantir la paix, la sécurité et le développement des deux pays.

Le ministre a rappelé, que lors de cette Session, un accent particulier a été misur les questions relatives à la dette entre la Banque d’Algérie et l’ancienne Banque   Guinéenne   du  Commerce   Extérieur,   d’un   montant   de 2.866.910,95USD.

Le Conseil a invité le ministre à un suivi régulier des dossiers concernés dans le cadre des préparatifs de la Session de Conakry.

Au  titre de la communication, le gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) a fait une communication relative à la création d’une Société Nationale de Réassurance et d’une Société Nationale d’AssuranceAgricole.

Il a indiqué que le premier projet relatif à la création d’une Société Nationale de Réassurance s’inscrit dans le cadre du développement du secteur des Assurances en Guinée. Cette initiative hautement stratégique découle de la nécessité de maîtriser le phénomène de la fuite des capitaux et la délocalisation des gros risques à l’étranger.

Le gouverneur de la BCRG a précisé, qu’à l’issue des consultations, la Commission mis en place à cet effet a proposé de fixer le niveau du Capital Social de la Société, pour un départ, à un montant de 20 millions de dollars américains, répartis comme suit:  

 l’Etat   guinéen   a  25% ;  

 les acteurs   privésuinéens ont 35%

et les partenaires techniques et financiers étrangers ont 40%.

Sur cette base, la Banque Centrale a adressé des courriers aux acteurs concernés. Il a soutenu que le Ministère de l’Economie et des Finances a marqué son accord de principe pour les  25%  dans le capital de la   future Société. Les autres Partenaires, tout en saluant le projet, souhaitent obtenir le plan d’affaires, le cadre de gouvernance et la stratégie de réglementation de la Société, avant toute prise de décision.

En ce qui concerne le second projet relatif à la création d’une Société Nationale d’Assurance Agricole en Guinée, le gouverneur a rappelé l’article 60 du Code​ des Assurances, qui  éfinit  les   risques   agricoles   comme   étant   «des   risques auxquels sont exposées les personnes physiques ou morales exerçant exclusivement ou principalement une profession   agricole   ou   connexe   à l’agriculture, les membres du personnel et les membres des familles de ces agriculteurs».

Au terme des débats,  le Conseil a dit apporté son soutien au gouverneur et​ l’encourage à poursuivre la réflexion en prenant en compte les observations formulées, afin de soumettre un projet final à un prochain Conseil.

Pour la session du 19 décembre, au titre du compte rendu, le ministre des Transports a fait un compte-rendu relatif à la réunion sur le lancement du marché unique du transport aérien en Afrique, du 05 au 08 décembre 2017, à Addis-Abeba (Ethiopie).Il a indiqué que la réunion a eu pour objectif, d’examiner les résultats du Sommet de l’Union Africaine (UA) de juillet 2017, d’adopter un mécanisme de mise en œuvre et de suivi-évaluation du plan d’actions des transports, en prélude au lancement du marché unique de transport aérien en Afrique.

Le ministre a affirmé, que la mise en œuvre du marché unique de transport aérien en Afrique favorisera la mobilité des populations au niveau du continent.Ce marché unique de transport aérien se caractérise par la libération complète des droits de trafic pour les services aériens réguliers, y compris le développement du fret.

Il  a  souligné que les vingt-trois (23)  Etats africains engagés à entériner la déclaration sur le Marché Unique se sont constitués en groupes de travail ministériels chargés de suivre sa mise en œuvre et de sensibiliser les autres Etats pour qu’ils adhèrent à ce marché, qui devra voir le jour au prochain Sommet des chefs d’Etat de l’UA, prévu à Addis-Abeba du 25 au 28 janvier 2018.

Le   Ministre a indiqué que la réussite du lancement du marché unique de transport aérien nécessite, pour tous les Etats de l’Union, la réalisation de sept (7) activités, dont entre autres, la ratification de la décision de Yamoussoukro sur​ la libération du transport aérien en Afrique, la signature et la notification de l’engagement   solennel   de   sa   mise   en   œuvre  à la  Commission  africaine de l’Aviation Civile   (CAFAC), la célébration de la journée de la décision de Yamoussoukro, le 14 novembre de chaque année.

Au cours des débats,  les observations ont porté sur la   nécessité de mettre d’abord en place les préalables en termes d’infrastructures aéroportuaires avant​ l'entrée de la Guinée dans ce marché unique, la problématique de la création​ d’une Compagnie nationale aérienne, vu que les aéroports de l’intérieur du pays​ ne sont pas opérationnels, excepté celui de Faranah.

· Au   titre   des communications,  la   ministre du Plan et de la Coopération Internationale (PCI) a fait une communication relative à la réunion du Groupe Consultatif sur le  Plan National de Développement Economique et  Social (PNDES), tenue du 16 au 17 novembre 2017, à Paris (France). Elle a rappelé, que sous la présidence du chef de l’Etat, la réunion du Groupe Consultatif sur  le PNDES a été organisée par le gouvernement guinéen, en collaboration avec la Banque Mondiale, l’appui de la BAD, du PNUD, de la

BID et de la BADEA.

La réunion de Paris a regroupé des partenaires bilatéraux, des Institutions et Agences de financement du développement, des Organisations Non Gouvernementales Internationales (ONGI) opérant  en  Guinée, ainsi que des opérateurs privés nationaux et internationaux. 

La ministre a indiqué, que toutes les personnalités intervenues, ont exprimé leur soutien aux efforts de développement de la Guinée et plus particulièrement au financement de la mise en œuvre du PNDES. Elle a affirmé, que les travaux de la réunion du Groupe Consultatif se sont déroulés en dix (10) Sessions, dont six (06) en plénière et quatre (04) en Focus parallèles sur le secteur privé, l’agriculture et l’énergie.

La ministre de la PCI a soutenu, que la Session consacrée aux déclarations et aux annonces, ainsi que la session permanente portant sur les opportunités de partenariats ont permis d’enregistrer des contributions d’environ 21,755 milliards de dollars américains répartis comme suit :

-         Secteur privé                                         7,747 milliards US, soit 35,49%

-         Secteur public (bilatéraux) :                  6,504 milliards US, soit 30,14%

-         Partenaires Techniques et Financiers    7,504 milliards US, soit 34,37%.

Elle a noté la satisfaction de tous les partenaires, non seulement par la qualité de l’organisation de la Réunion et celle des documents présentés, ainsi que des perspectives de  développement économique et social qui s’ouvrent pour la Guinée.

Toutefois, les   partenaires ont souligné les défis majeurs auxquels le Gouvernement devrait trouver des réponses appropriées, notamment le renforcement de la bonne gouvernance et de l’État de droit, l’amélioration du climat des affaires et le choix judicieux de projets structurants pouvant contribuer significativement à la réduction de la pauvreté. 

 · La ministre a indiqué, que le gouvernement et ses partenaires ont convenu de poursuivre les discussions dans le cadre de consultations thématiques et sectorielles axées sur les grands défis du PNDES, mais aussi d’un mécanisme de​ suivi et évaluation de la mise en œuvre du PNDES et du respect des engagements pris.

Au cours des débats, les observations ont essentiellement porté sur la nécessité de prendre les dispositions nécessaires pour mobiliser les montants annoncés, faire une bonne communication autour du PNDES et de son financement, mettre en place des dispositifs de mise en œuvre et de suivi-évaluation rigoureux du PNDES, revoir la durée des procédures de passation des marchés ainsi que de suivi et évaluation afin de tirer meilleur profit de ces annonces.

Au terme des débats, le Conseil a félicité la ministre pour la bonne conduite du projet et invité l’ensemble des ministres à prendre chacun en ce qui le concerne, les dispositions nécessaires pour la mise en œuvre concrète des projets consignés dans le PNDES.

Le ministre des Mines et de la Géologie a fait une communication relative à la réhabilitation du chemin de fer dans le cadre de la relance de l’Usine de FRIGUIA. Il a rappelé,  qu’après plusieurs décennies de fonctionnement, la Société FRIGUIA a connu des difficultés économiques et sociales qui ont entrainé son arrêt en  2012.  Cette  situation  s’est traduite  par une perte  considérable pour l’économie nationale et un drame socioéconomique pour les populations riveraines et celles de Fria.

Le ministre a précisé, que pour remédier à cette situation, le président de la République s’est personnellement impliqué, en inscrivant la reprise des activités​ de l’usine de FRIGUIA dans le cadre de la relance de la coopération bilatérale entre la Guinée et la Russie.

Ces négociations ont abouti à la signature le 20 avril 2016, d’un accord portant sur la réhabilitation de l’usine d’alumine de FRIGUIA. Au terme de cet accord, les travaux de réhabilitation devaient débuter en janvier 2017, avec la relance effective de l’usine avant avril 2018. Le ministre a déploré le fait  que  ce programme de réhabilitation se trouve confronté  à une réalité:  l’état   inquiétant des infrastructures ferroviaires à Conakry et ses environs qui pourrait mettre en péril le respect du chronogramme.

Suite...
category

L’ancien ministre guinéen des Mines et de la Géologie, M. Kerfalla Yansané, a été nommé ce vendredi, 24 novembre 2017, en qualité de nouvel Ambassadeur de la publique de Guinée aux Etats-Unis, selon un décret de la présidence lu sur les antennes de la RTG.
 
M. Yansané remplacera ainsi SE. Mamady Condé en poste ici depuis 2014.

Suite...
category

Alors qu’il s’apprête à regagner le pays au terme de 3 ans de mission aux Etats-Unis, l’ambassadeur de Guinée à Washington Mamady Condé, a reçu dimanche, 3 décembre, une délégation du Bureau de l’Association des Guinéens (AGDMV) et des des sages de la localité, venus lui témoigner leur gratitude pour le service rendu.

Un moment d’émotion au cours duquel chacun des intervenants a loué les qualités humaines et professionnelles du diplomate, avant de lui souhaiter bon vent pour la suite. Témoignages récueillis par Ben Bangoura

Des représentants de l’Association démocratique des Guinéens, l’une des organisations guinéennes dans la zone métropolitaine de Washington, ont été également reçus par l’ambassadeur Condé, dimanche.

 

AlloConakry

Suite...
category

Le président chinois Xi Jinping s'est entretenu mercredi à Beijing avec son homologue guinéen, Alpha Condé, et les deux présidents ont décidé d'établir un partenariat de coopération stratégique bilatéral.

Les deux dirigeants ont consenti à profiter de cette opportunité pour mettre en oeuvre le Sommet de Johannesburg du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC), afin d'élargir la coopération réciproque dans plusieurs domaines, et d'assurer un futur plus large aux relations sino-guinéennes.

Rappelant que la Guinée a été le premier pays d'Afrique subsaharienne à établir des relations diplomatiques avec la Chine nouvelle il y a 57 ans, M. Xi a indiqué que les deux pays se soutenaient toujours dans les dossiers concernant les intérêts fondamentaux et les préoccupations majeures de chacun, et que la coopération bilatérale avait résisté à l'épreuve du temps.

M. Xi a exhorté les deux pays à renforcer leur coopération entre les gouvernements, les partis au pouvoir, les organisations juridiques et les localités, afin de consolider le fondement politique pour une amitié durable.

La Chine est prête à élargir la coopération agricole avec la Guinée, pour aider la production agricole de ce pays africain, a-t-il noté. M. Xi s'est également engagé à renforcer la coopération bilatérale sur l'exploration des ressources afin de faciliter la coopération sur la capacité et la construction d'infrastructures dans les secteurs des chemins de fer, des ports, de l'électricité et de la communication.

M. Condé a félicité la convocation réussie de la sixième session plénière du 18e Comité central du Parti communiste chinois (PCC) tenue à Beijing la semaine dernière, saluant le développement économique et social de la Chine grâce à la direction du PCC.

La Guinée souhaite élargir la coopération avec la Chine dans les domaines des ressources, de l'énergie, des technologies, de l'agriculture, de l'hydroélectricité, des infrastructures et de la construction de port, a indiqué M. Condé, qui effectue une visite d'Etat en Chine du 26 octobre au 4 novembre. Agence Xinhua

 

Suite...

previous123next
add image
add image
Top